Dreams Of Shinobis



 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Ka Z'Accatto {Fini !}

Aller en bas 
AuteurMessage
Ka Z'Accatto
Anbu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Age : 24
Date d'inscription : 23/07/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang A
Affinité n°1: Suiton
Spécialité n°1: Genjutsu

MessageSujet: Ka Z'Accatto {Fini !}   Jeu 23 Juil - 20:53

HRP:

Surnom: Tagalou
Âge : 15
Comment avez-vous connu DOS ? Par Ryo no Hebi, alias Emiko sur BRT

RP:

Nom : Z'Accatto
Prénom : Ka
Âge : 26
Poids : 73
Taille : 1m85
Village : Konoha
Statut : Si possible, je me propose pour être le conseiller de l'Hokage.

Physique :

Ka Z'accatto. C'est le nom de ce jeune - tout est relatif, bien évidemment - ninja, originaire de la méconnue et crainte cité Kiri. Il aurait pu être imposant, avec cette taille, mais a préféré judicieusement être discret. C'est vrai, qu'avec ces 1 mètre 85, il dépasse bon nombre de ses camardes. Mais attention ! Grand, oui, il l'était sans conteste, mais pas géant comme peuvent l'être certains. Non, ce qui ne faisait pas de lui un homme imposant, et au contraire un espion, c'était sa physionomie. Il avait à sa disposition un corps parfait pour ses prétentions. Améliorés intérieurement pour ses capacités, ses muscles n'avaient pas pris beaucoup en proportions, lui laissant des bras lons et relativement fins, sans néanmoins en diminuer l'efficacité. Il était quelqu'un que l'on appelle de nerveux. Non pas pour sa attitude mais pour ses aptitudes physiques. Pas de puissance hors-norme, mais plutôt rapide et concentrée ce qui lui va comme un gant. Donc, d'après ce rapide schéma, il ne devait pas être si dangereux en apparence. Cependant, nous avons oublié un point important de sa personne. Son visage. Ca, c'était spécial, hors-norme, extra-ordinaire - j'insiste sur le fait qu'il n'est pas ordinaire mais je ne veux pas dire qu'il est merveilleux - et bien d'autres adjectifs pourront aussi bien le décrire. En bref, cette partie de son anatomie inspirait une vague crainte inexplicable. Inexplicable car il ne faisait rien qui puisse s'attirer la peur de ses compagnons. De couleur blanche, entouré par des cheveux d'argents, qui descendaient en plusieurs piques autour de son visage, il paraissait quelque peu albinos. Mais la véritable source de peur venait des ses yeux. Ils semblaient toujours fermés en demi-lune. Pour ceux qui l'avait vu à l'épreuve, il ouvrait les yeux normalement - comme un simple humain, s'entend - pendant les combats. En tirait-il une meilleure appréhension de son environnement ? Car il semblait impossible qu'il ferme réellement ses yeux, comment ferait-il pour marcher, voir ses adversaires et autres ? Cependant, il était clair qu'une aura malsaine s'en dégageait sans pour autant la rationaliser. Et pour renforcer ce sentiment, un étrange sourire était quasiment tout le temps pendu à ces lèvres. Quelle était la plaisanterie qu'il lui donnait une telle émotion ? Mystère et boule de gomme, comme diraient certains. Mais reprenons notre description. Son nez, délicate petite colline qui dépasse de la prairie qu'est sa figure, est plutôt mince, sans avoir de particularités autre que celle qui lui permettait de vivre.

Changeant selon les circonstances, mais la plupart du temps, il affectionne d'opter pour une tunique blanche qui laisse dépasser la garde de son wakizashi, une épée courte japonaise, bleue. Mais lors de combats, il la délaisse pour un équipement plus approprié, c'est-à-dire son gilet de protection violet pâle, avec un uniforme noir, normalement réservé à l'ANBU. Toute fois, trainent un peu partout bon nombre de kunais et de surikens. Au cas où, disait-il lorsqu'on lui posait la question, idiote soit dis en passant.

Caractère :

Comme dis plus haut, Ka viens de Kiri. Alors forcément, il n'est pas l'homme le plus raffiné ou le plus sympathique. Néanmoins, il n'était pas aussi brutal ou revêche que ses anciens co-équipiers. Voici une petite liste de ses défauts et qualités les plus importantes.

Sadique. Oui, sans hésitation, nous pouvons affirmer que le ninja Z'Accatto a un penchant pour cette forme de cruauté. Il affectionne de pousser au désespoir quiconque qui se met en travers de son chemin, parfois même ceux qui ne lui ont rien fait, c'est un mauvais défaut, dirons-nous.

Discret. Rappelez-vous qu'il a choisi d'opter pour une apparence type d'un espion, son comportement se doit d'être à la hauteur. Il ne pose pas de questions superflues, évite de trop attirer l'attention - seulement s'il le veut, nous verrons plus bas pourquoi -, enfin le comportement qui va avec son rôle.

Froid. Surement dû à son village d'origine, Ka ne s'attache pas aux gens. Mêlée à un peu de prétention, son autonomie rend souvent le travail de ses occasionnels équipiers inutile et donc peu de liens se créent entre eux.

Réaliste. Mettons un peu de positif, il n'est pas naïf, sans être cynique. Il est prêt à tout miser s'il pense pouvoir en sortir indemne ou en vie, comme il est prêt à fuir pour sauver sa vie et reprendre le combat plus tard. Ce n'est pas de la lâcheté, il n'a simplement pas quelque chose valant plus que sa vie pour se sacrifier pour elle. Mais cela ne veut pas dire qu'il abandonne son nouveau village et ses charges; de plus ça ne lui arrive pas souvent.

Insensible. Digne d'un shinobi de la Racine, peu de choses peuvent percer l'épaisse carapace de cet homme. S'il doit tuer un enfant, une femme ou une vieillard, il le fera sans discuter et sans arrière pensée. Mais - et ce n'est pas par pitié - il ne les torture pas psychologiquement comme il aime le faire avec certains de ses ennemis - en fait, quasiment tous - cependant lorsqu'il est de mauvaise humeur, il prend un plaisir encore plus malsain à manipuler ses gens sans défense.

Fier. Malgré le fait qu'il soit bâti comme un homme d'infiltration,et qu'il en partage plusieurs caractéristiques, il se respecte et ne se considère pas comme un simple pion. Et bien qu'il ne soit pas grande gueule -désolé pour la familiarité de l'expression - il ne peut s'empêcher de le susurrer à l'oreille de ses opposants.

Joueur. Ce n'est pas quelqu'un qui s'adonne à aux cartes ou aux dés. Non, il joue la vie des autres et la sienne. Il est prêt à enfreindre les règles pour pouvoir accomplir ce qu'il doit, et mêlée à son réalisme, il s'arrange toujours pour être quitte de ses mauvaises actions. Non pas qu'il les regrette, mais plutôt qu'il est ennuyant de devoir toujours se justifier devant des personnes qui ne comprennent pas sa façon de penser.

Cruel. Avec tout ce qui est déjà dis, nous ne pouvons pas ne pas dire qu'il est cruel. Cette cruauté n'est pas remise en cause par une mauvais influence ou une enfance malheureuse, Ka l'accepte complètement et l'encourage. Pour lui, c'est un divertissement mérité pour ce qu'il a déjà accompli.

Aime :
Les missions difficiles et à haut risques. Jouer avec la vie. Être obéi rapidement. L'efficacité.

N'aime pas :
La naïveté des gens, leur optimisme. Les gens qui parlent plus que lui. La lenteur et l'inefficacité

Nindô :

"Je tue un peu, beaucoup, passionnement, à la folie !"

"Je suis une Ombre,
Insaisissable et mortelle,
Mon esprit est une lame,
Mon corps est une arme,
S'adapter, c'est vaincre,
Je suis l'Ombre,
Je danse et je tue."

"Sais-tu ce qui nous différencie ? Moi je tue, et toi tu meures. "

Histoire :

Prochain post


Test RP : (Uniquement en cas de perso du manga)
Bon, bah pas de test RP alors !

Avez-vous lu les règles ?Ryo OK


Dernière édition par Ka Z'Accatto le Lun 27 Juil - 16:07, édité 6 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ka Z'Accatto
Anbu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Age : 24
Date d'inscription : 23/07/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang A
Affinité n°1: Suiton
Spécialité n°1: Genjutsu

MessageSujet: Re: Ka Z'Accatto {Fini !}   Ven 24 Juil - 10:46

Histoire:

Chapitre 1 : Naissance et enfance
Kiri. 2 syllabes lourdes de sous-entendus. C'est ici le début de mon existence. Une mort pour une naissance. Un juste équilibre d'après moi. Ma mère mourut avec mon arrivée. Etait-ce pour ma couleur- ou plutôt mon manque de couleurs- que son cœur lâcha ? Peu m'importe désormais. Mon père, un ninja plutôt minable, même pas digne de passer l'examen des Chunnins, sombra dans le désespoir, faible qu'il était - d'ailleurs, je ne comprenais pas pourquoi il avait pu rester à Kiri, surement grâce à ma mère, que l'on disait forte pour les deux. Donc, psychologiquement, j'étais orphelin. Oh bien sur, il avait bien assez de sous pour me payer une nourrice qui s'occupait de moi, mais si mes souvenirs sont bons, elle était plutôt vieille, un peu radotante et surtout, elle sentait fort le chou, c'était horrible. Si vous pouvez donner une origine à mes défauts, prenez cette odeur de choux ! A part ça, j'étais juste un petit bébé un poil albinos. De ce fait, j'ai bien eu quelques jolis surnoms en rapport avec des démons, enfin, rien n'a changé depuis. Dès que possible, j'entras dans l'Ecole des Ninjas, la première instance des ninjas. Rapidement, et sans vouloir me mettre sur le devant de la scène, je vis le décalage qui séparait les autres de moi. J'étais plus rapide, moins bruyant et finalement, mon enseignant finit par s'occuper de mon cas plus sérieusement. A cette époque, quel âge devais-je avoir ? Bien 12 ans, oui ça devait être ça. Approximativement. Ce vieil moniteur me fit passer quelques tests, que je réussis apparemment contre toutes attentes puisqu'il allait chercher un maître enseignant. Un Jounin. Normalement, je n'aurais du en avoir un qu'à seulement ma 15° année tout au mieux. Et seulement si j'avais réussi mes examens de Genin. Et pourtant, se tenait devant moi un des plus respectés Jounins de Kiri. Quelle chance, enfin c'est grâce à mes aptitudes qu'il voulut me rencontrer, sinon il ne m'aurait même pas adressé le regard. Il demanda au vieil homme de répéter le même test devant ses yeux. A son tour, il fut légèrement surpris. Que légèrement. Après tout, il était à Kiri, pas de place pour l'hésitation ou trop d'étonnement. Alors il m'emmena avec lui. Nous voyageâmes pendant deux semaines. Qu'allait-il faire ? Me tuer dans le secret ? Ou bien me donner un entrainement ultra-intensif ? A cette époque, j'avais plein de questions dans la tête. Heureusement que je savais tenir ma langue, sinon je crois que j'aurais eu rapidement des orteils en moins. Oui, des orteils ! Enfin, je vous expliquerais plus tard cette sublime technique de mon maître. Plus nous marchions, plus le terrain changeait. Plus rocheux, et plus boisé. Nous faisions route vers la forêt de la montagne. Les autres enfants racontaient que des monstrueuses créatures l'habitaient. Personnellement, je n'y ai jamais cru, les autres étaient si influençables que je n'y avais pas fait attention. Pendant toute la durée du trajet, mon nouvel instructeur ne m'avait pas adressé la parole. Au début, il avait manifesté une certaine curiosité sur moi, mais il finit par s'en lasser et regardait désormais le paysage. Petit à petit, il augmentait la cadence. Cela devait encore un autre test. Au bout d'une semaine et demie, je commençais à peiner pour le suivre. Il était à la limite de la petite course. Enfin, nous finîmes par atteindre notre destination. Je m'assis lourdement par terre quand mon maître me remis debout et me fis signe d'écouter. Obéissant, je tendis l'oreille. A première vue, la forêt était vide, mais avec attention, 3 bruits séparés et distincts revenaient. Trois individus tournaient autour de notre position. Complètement en alerte, j'avais perdu de vue mon sensei. A la place, restait 5 kunais et une dizaine de surikens. En classe, nous avions appris à nous en servir, et j'avais reçu la meilleure note. Ramassant mon équipement, je rangea tous les shurikens et kunais et en garda un dans la main. Me rappelant d'une leçon de classe, je créa deux clones de l'ombre. Un qui allait prendre ma place, un autre qui alla se cacher avec peu de discrétion, pendant que j'allais observer ce qui allait suivre du haut d'un arbre. D'après ce que j'entendais, mes adversaires arrivaient en vue de mon premier clone. Comme prévu, un d'eux l'attaqua, ce qui me laissa voir son visage. Quel étonnement ! C'était un Genin de Kiri ! En plus, je le connaissait, de vue, pour l'avoir aperçu à l'Ecole. Lorsqu'il se rendit compte de la supercherie, un autre surgit de l'ombre pour attaquer ma cachette peu évidente. Il en restait donc un seul. J'avais alors remarqué qu'ils avaient tous porté des coups fatals, ce qui était significatif. Je sauta de ma branche pour arriver derrière l'adversaire isolé. D'un coup de dague entre les vertèbres de la nuque mit fin à sa vie. C'était un autre genin. Donc j'étais attaqué par une nouvelle équipe. Le puzzle de cette énigme se mettait en place dans ma tête. Il était possible que ce que j'ai pris pour mon maître, était en fait le leur, ce qui complétait l'équipe. Ce qui restait à savoir, était-ce pour me tuer ou me tester ? J'étais un peu pris au dépourvu, surtout que je ne pourrais rien faire contre un Jounin, pas encore. Alors je repris mon attaque. Prenant un caillou, je le lançais à l'autre bout de la clairière, attirant irrémédiablement leur attention. Mais contre toute attente, ils se replièrent tous les deux de mon côté. Donc, ils craignaient quelque chose. Etait-ce moi ou quelque chose d'autre ? Se pouvait-il qu'ils croient aux rumeurs circulant sur les monstres de la forêt ? Je m'éclipsait rapidement vers l'arrière, pour entendre leur discussion.
" - Hey ! Lurk s'est fait descendre !
-Quoi ? Et m**de ! On aurais jamais du accepter de rendre service au maitre !Ça grouille de monstres, ici !"
Ainsi ils n'étaient pas les auteurs de cette mise en scène. Et cela confirme bien ce que je pensais. Avec un peu de chance, je vais pouvoir mettre ça à mon compte. Utilisant le justu de transformation, toujours une technique apprise à l'Ecole, je me transforma en la plus grosse chose que je connaissais alors, un sanglier. Pas facile, je n'ai pu la maintenir que quelques secondes, mais j'avais réussi à leur faire peur. La fatigue de voyage et des jutsus se faisait sentir, mais je ne pouvais pas me reposer tant qu'ils seraient vivants. Je pris une étoile dentelée dans ma poche et je la lança en direction du plus grand des deux qui courait à découvert au milieu des arbres. Paf ! C'est le bruit qu'il fit lorsqu'il tomba, raide mort par mon attaque. Et après cette autre mort, le dernier se mit à crier. Il ne fallait pas plus pour le retrouver, et je courus jusqu'à lui. Plongeant dessus, je lui transperça le cœur sans autre manière. Je pouvais maintenant me reposer. Et je m'évanouis. A mon réveil, à mon chevet de fortune, se trouvait Ihiroku, le Jounin qui m'avait amené jusqu'à ce piège. Me relevant brusquement, je cherchais un kunai pour me défendre, mais il m'arrêta et me parla doucement, doucement comme un père envers son enfant.
"Stop, petit Homme. Tu t'es très bien débrouillé. Mieux que personne. A présent, tu seras mon élève jusqu'à ce que je n'ai plus rien à t'apprendre. Et à ce moment-là, il faudra me tuer, mais nous ne nous en sommes pas là. Repose-toi"
Trop épuisé par mon récent combat, je retournais à mon oreiller improvisé. Et pendant que je quittais le monde pour rejoindre celui des songes, je me dis que je quittais le paradis de l'enfance.


Dernière édition par Ka Z'Accatto le Lun 27 Juil - 16:14, édité 9 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ka Z'Accatto
Anbu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Age : 24
Date d'inscription : 23/07/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang A
Affinité n°1: Suiton
Spécialité n°1: Genjutsu

MessageSujet: Re: Ka Z'Accatto {Fini !}   Sam 25 Juil - 19:04

Chapitre 2 : Ascension et trahison
Genin. Chunnin. Jounin. ANBU. Sunin. Kage. Les grades défilaient dans ma tête. J'avais bien sur réussi mon examen de Genin, et j'étais en bonne voie pour passer bientôt celui de Chunnin. Je le passerais surement l'année de mes 14 ans. Cette année, en fait. Les leçons avec mon maître accaparaient tout mon temps, et une fois chez moi, je dormais. Mes repères spatio-temporels étaient forcément tout chamboulé. J'avais appris que mon père s'était fait tué par un autre Chunnin. Je n'avais cherché à trouver son identité, mon géniteur n'était qu'un déchet de la société. Et j'avais largement de compenser sa perte. Mon maître me paternait comme un père. Je progressait rapidement. Je commençais à maîtriser ma première affinité. Oh pas complètement, mais suffisamment pour être un concurrent redoutable pour l'épreuve de Chunnin. Les semaines passèrent; mon sensei me trouva deux autres compagnons d'équipe. Ils n'étaient pas trop mauvais, mais il fallait les attendre pour continuer. Le temps d'enseignement était divisé en deux. Un moment, je travaillait le travail d'équipe et l'autre, je suivait un entraînement plus poussé. Mes nouveaux camarades semblaient au courant que j'étais meilleur qu'eux mais ne semblaient pas mesurer l'écart qui nous séparait déjà. Mais je me devais de faire des efforts, pour Ihiroku. L'année passa et arriva le concours de promotion. Nous étions l'équipe inconnue de l'examen, qui se déroulait alors à Suna. Je vous épargne toutes mes péripéties, bien qu'elles soient - pour moi - fascinantes. J'appris à chaque nouvel adversaire, et finalement nous sommes sortis l'équipe favorite des premières épreuves. Les spectateurs semblaient impatients de voir d'excellents combats. De plus une variante avait été imposée, il devait y avoir deux combats, pendant lesquels seraient évalués complètement toutes les compétences des shinobis. Comme s'étaient des combats individuels au premier sang, je ne devais le tuer du premier coup. Je vais essayer de retranscrire ce combat, juste celui-là, après la deuxième fois, je - non en fait, je vous raconterais ! J'avais en face de moi un ninja d'Amega. Oh il était pas mauvais, mais il était tombé sur le mauvais adversaire. Bien que nous étions l'équipe favorite, j'avais pris soin de ne pas trop m'exposer au public, pour ne pas révéler mes techniques et ainsi être désavantagé. Mes deux autres camarades n'avaient pas compris cela, et ça les tua, bien qu'il y est une règle, il y a toujours le risque d'un accident. Bref, je reviens à ce qui vous intéresse. Plutôt semblable à un géant - je vous dis ça, car je mesurais déjà presque 1m80, imaginez ce qu'un géant peut être pour moi - roux. Oh j'ai rien de spécial contre eux, c'est juste que c'est très voyant dans la nature, enfin personne n'est parfait comme on dit ... Il voulut m'attaquer directement, pas de chance, les bourrins dans son genre étaient typiquement les genre de personnes à tomber en plein dans les pièges. Une de mes techniques favorites, je vous la détaillerais plus tard, mais dans les grandes lignes, voici ce qui arrive au grand benêt qui m'attaque inconsciemment. Je crée un clone de l'ombre - malheureusement, il n'y avait d'eau à Suna, alors difficile de faire des clones d'eau, vous vous en doutez - et je m'esquive rapidement. Dans toute la splendeur de cette technique que je suis fier d'avoir créé, le clone fait une attaque "hara-kiri", mais je ne pouvais pas le tuer dès le premier combat, donc j'ai légèrement modifié. Le clone lance plusieurs projectiles destinés à perturber l'adversaire le temps que je lance mon genjutsu. Technique, dont je donnerais aussi les détails plus tard, qui lui donne l'impression d'être perdu en pleine tempête, ne voyant pas plus loin que son nez, lui faisant ainsi perdre son sens de l'orientation. Profitant de son désarrois de mon ennemi, je l'agaçait de petites tapes rapides. Je lui donnait de faux espoirs, le tourmentait. J'y ajouta une autre technique de genjutsu, qui lui donnait l'impression de me voir du coin de l'œil, ou le frôlant sur le côté. C'était juste histoire de monter un peu la pression, pour mieux apprécier son désespoir.


"Mais que fait-tu là, mon pauvre ? Même un genin se bat mieux que toi ! Comment tu as pu réussir jusqu'ici ?"

"Je t'ai observé ! Tu ne te bats pas avec tes camarades ! Moi, j'ai pu arriver ici grâce à la force de l'union !"

Sur le coup, j'avais un peu tiré la tête. Encore un optimiste qui croit que tout est possible grâce aux amis. Je déteste ce genre de personnes désagréables qui croient fermement à ce qu'ils pensent, sans même prendre le temps de réfléchir. Normal qu'il soit aussi bourrin, réfléchir ne devait pas lui être familier. Réduire en bouillie, ça par contre, il devait connaitre !

"Pauvre homme, c'est parce que tu es trop faible que tu as besoin d'eux. Huhu, Tu sais, j'aurais pu te tuer avec 17 manières différentes depuis que tu es arrivé dans l'arène."

"Pauvre fou, Je suis bien assez fort pour te battre ! Et pourquoi ne m'as-tu pas tuer, si tu pouvais le faire ?"

Ça y est, je venais de prendre ma décision pour le prochain combat. Augmentant mes genjutsus, je lui rendait impossible de savoir d'où j'allais attaquer. D'un coup de Wakizashi, je lui transperça la jambe droite, celle où il se tenait appui le plus souvent. Ainsi, je remporta la première manche. La deuxième fut surement plus atroce pour lui. Revenant sur le ring avec plus de fureur, il n'attaqua pourtant pas tout de suite, ayant appris de ses erreurs. Malheureusement pour lui, j'avais encore un coup d'avance sur ce shinobi. Faisant une diversion, je courus vers lui, et lorsque je lui sauta dessus, je recréa un clone. Laissant le clone attaquer, je lança tous mes shurikens autour de notre position, à environ 5 mètres à la ronde. M'attendant à une contr-attaque et soupçonnant l'ennemi d'avoir quelques justus en Doton, je lui lança un jutsu de Futon. Rien qui ne le blesserait, j'y avait veillé. Juste pour qu'il ne lance pas d'attaques. Pendant le court laps de temps où il fut déconcentré, je créa 3 autres clones et commença à envoyer un autre genjutsu. Un brin plus violent que le dernier. Cette fois-ci, il se retrouvait dans l'arène, mais vidé des ses occupants à part lui et une ombre fugace me représentant. Comme tout guerrier sans cervelle qu'il était, il attaque cette fausse image de moi, ma faisant disparaître ... pour réapparaître derrière lui. Je commença à augmenter le nombre d'ombres, sans pour autant l'attaquer. Finalement, il finit par céder.


"Quand vas-tu te décider à te battre comme un homme ? Montre-toi !"

Un homme tel que lui ne pouvait comprendre l'intéressant aspect des illusions. On pouvait torturer ô combien plus longtemps ! Mais le summum était le pouvoir final du Sharingan ! le Mangekyô Sharingan ! Qu'est-ce que je donnerais pour l'avoir ! Bref, revenons à cet imbécile. Je poussa plus profondément dans le jutsu. Je lui montra ces amis, morts, et éventrés. Son Kage, baignant dans son sang. Son amie, que j'avais aperçu, tout à l'heure quand il est retourné aux gradins, je lui la montra ayant perdue sa pureté, et rougie par les blessures sur son visage. Bien évidemment, étant un esprit inférieur, il y cru férocement, et s'accabla de chagrin. Alors j'entrasse en scène.


"Tu sais, je peux les sauver, je peux encore les guérir."

"Oh merci ! Merci au nom de tout ce qui existe sur cette terre, mais rends-les moi, je t'en supplie, je ferais tout ce que tu voudras !"


Toujours victime du genjutsu, il vit se relever tous ces gens qui faisaient sa vie un bonheur. Il courut vers eux, pleurant de joie. Mais sous leur apparence physique, se cachait encore mon visage. C'est ainsi qu'il recula, pris de frayeur. Me demandant ce que j'avais fait, je lui est répondu que j'avais fait ce qu'il voulait.


"Que me donne-tu pour que je leur rende leur âme ?"

Surpris par la teneur de ma question, il restait debout, devant un arbre, d'après les spectateurs, bouche bée. Son cerveau se mettait lentement en route. Mais son cœur prit le dessus. Toute fois, c'est ici que je pris ma réputation de sadique ninja.

"Je plaisante. Ils sont tous morts, trahi par le village de la pluie"

Cette petite tirade était accompagnée d'un sourire encore plus grand que celui que j'aborde habituellement. Alors, il cria. Cria à s'en déchirer la gorge. Je crois d'ailleurs que c'est ce qui se passa, parce qu'après, il ne pu qu'émettre des grognements dignes d'un animal sauvage. Bien sur, je voulais terminer en beauté, alors pendant qu'il s'excitait sur l'arbre, je dissipa le genjutsu et sorti du cercle de shurikens. Faisant un petit jutsu, je les libéra de la terre et, portés par la puissance du vent, ils transpercèrent la petite et fragile caboche de ce désagréable idéaliste. Ainsi j'obtenu le rang de Chunnin avec une belle réputation. J'étais alors très fier de moi, et mon sensei au moins autant que moi, sinon plus.


Dernière édition par Ka Z'Accatto le Lun 27 Juil - 16:14, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ka Z'Accatto
Anbu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Age : 24
Date d'inscription : 23/07/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang A
Affinité n°1: Suiton
Spécialité n°1: Genjutsu

MessageSujet: Re: Ka Z'Accatto {Fini !}   Dim 26 Juil - 1:17

Chapitre 3 : Ascension et trahison (suite)

Oh, je n'étais pas assoiffé de pouvoir, c'est juste que Chunnin ne correspondait pas à mon niveau réel. Pendants plusieurs années, je remplis à merveille toutes les missions proposées, faisant parfois celles réservées aux Jounins. Je pouvais donc largement passer Jounin, mais le conseil n'a jamais approuvé cette décision sans autre explication. A l'age de mes 22 ans, mon sensei vînt me trouver pour me parler en secret. Comme la première fois, mais bien plus vite cette fois-ci, nous sommes allés dans la petite clairière où j'avais naguère fais mes preuves. Un surprise m'attendait, d'après lui. Je lui avait rétorqué que ses surprises, si c'était comme la première, je m'en passerais bien. Mais d'un ton mystérieux, il me dit que je ne le regretterais pas. Après quelques heures, nous sommes finalement arrivés, et il sortit un bocal de terre. Je mis quelques instans avant de comprendre le merveilleux cadeau qu'il m'offrait. Un oeil d'Uchiha. C'était plus que je n'en avait jamais espéré. Et à ce moment-là, il me dit:
"Ka, qui est ton meilleur ami ?"
Bien sur, je connaissais les caractéristiques de cet oeil, mais à ce moment-là, j'avais complètement oublié la partie la plus interessante. Le Mangekyô Sharingan. Evidemment, je répondis que c'était lui, mon maitre, mon meilleur ami. Alors, il me révela que sa spécialité était le ninjutsu médical. Je fus surpris car à Kiri, c'était signe de faiblesse. Et il m'inplanta l'oeil. Pendant une semaine, nous sommes restés là-bas. Puis un jour,
"Je n'ai plus rien à t'apprendre, mon meilleur élève. Tu te rappelle ce que je t'ai dis, la première fois ? C'est le moment. Et grâce à ça, tu deviendras encore plus puissant que je ne l'ai jamais été."
Ce qu'il me demandait était un peu déplacé dans les circonstances. C'était le seul homme que j'aurais épargné. Mais s'il le désirait, je ne pouvais pas le lui refuser, il devait avoir ses propres raisons. Et c'est seulement à cet instant que je me souvîns du Mangekyô. Mais ce que j'allais faire allait me forcer à fuir Kiri. Mais si je jouais bien mon jeu, je pourrais me trouver un protecteur qui voudrait quelqu'un de mon niveau. Alors je lui demanda s'il voulait une façon particulière de mourir. Dans un combat à mort, évidemment fiston, qu'il me répondit. C'est comme ça que commença mon plus dangereux combat, contre un adversaire qui connaissait tout de mes capacités. Enfin, j'avais le Sharingan maintenant. Je sortis mon wakazashi et me mis en garde. Je n'allais pas utiliser le genjutsu, réservé aux autres, mais plutôt utiliser mes ninjutsus de Futon et de Suiton. Je possèdait et maîtrisait - bien que ce soit perfectible - ces deux affinités. Pour commencer, je lui lança un "Futon : Daitoppa" mêlé à un shiruken. Basique. Mais pendant ce temps, j'avais créé trois autres clônes de l'ombre. Me montrant plus dangereux qu'aux examens de Chunnin, j'en laissa un lancer un "hara-kiri", un autre lança en cercle les shirukens restants. Pour ma part, je préparais un redoutable ninjutsu. Fruit de mon imagination, je combinais deux kunais à un njutsu de Futon. Ainsi mes deux dagues se mouvaient au gré de mes envies, comme si je les avais dans la main. Pendant la semaine suivant l'opération, je me suis habitué aux changements d'oeil normal à oeil Sharingan et c'est ce qui me permit d'esquiver le Doryô Dango de mon maitre. Technique qui fit disparaitre mon premier clone. Je ne m'éternise pas plus sur ce combat - sait-on jamais si vous voulez utilisez ce savoir sur moi plus tard niark nirak ! - je conclus simplement que mes shurikens volèrent vers son coeur et - je n'en dirais pas plus car il m'est interdit de le faire selon les règles du forum - [...]. Les derniers mots de mon sensei étaient un remerciment pour cette délivrance. J'avoue ne toujours pas comprendre le sens de cette délivrance. Le changement se fit d'un coup. Une petite douleur me traversa la tête et je sentis un pouvoir se dévoiler en moi. Bof, pas terrible comme sensation, j'ai connu mieux. Enfin, j'avais la puissance que je voulais, je pouvais m'enfuir loin d'ici et de ses conseillers qui avaient une dent contre moi - ça je ne sais vraiment pas pourquoi, j'ai rien fait pour qu'ils puissent me refuser autant de choses - mais avant j'entera Ihiroku. Un tombeau digne de lui, au milieu de la clairière, avec le soleil qui l'éclairait pendant toute la journée. Versant une petite larme de nostalgie en souvenir du temps passé, je retourna au village. Je parcourais les ruelles à la recherche du bureau du Kage, enfin le grand batiment fut en vue, et je m'y engouffra. Quelques subordonnés relevèrent la tête de leur paperasse en entendant mon arrivée, mais rapide comme une flèche, j'étais déjà monté au niveau supérieur. Ouvrant d'un grand coup la porte, je tombais face à 3 anbus qui faisaient leur rapport à leur chef Kage. Retirant d'un coup mon bandeau, signe de mon appartenance à Kiri, je l'envoya d'un coup à ce qui était l'ancien Mizukage - maintenant, c'est un autre qui a pris sa place - ma décision était sans appel, je partais en les informant que Ihiroku était mort, de mes mains. Les 3 agents spéciaux me sautèrent dessus, mais j'était bien meilleur - sans me vanter, je n'aime pas ceux qui se vante, alors pourquoi ferais-je pareil ? - et de trois coups de wakazashi, je leur enleva la vie. Agrippant alors le vieil homme par le col, je lui fis comprendre que tous les oinins qu'ils pourraient m'envoyer ne serviraient à rien, il avait refuser de m'accorder le droit de monter dans la hierarchie, il allait payer pour ça, enfin ses soldats, puisque je n'allait quand même pas me risquer à me battre contre un Kage, j'aurais été fort présomptueux. Me dirigeant vers la porte, il réussit à sortir de sa torpeur pour me dire :
"Sais-tu pourquoi nous avons toujours été contre ta progression ? Tu aurais appris des techniques qui t'aurais rendu invicible mais tu n'étais pas assez contrôlabe, alors nous avons refusé et regarde ou déjà ça nous a mené"

Alors avec le plus de dédain possible, je lui renvoya sa tirade. N'importe quoi, ils avaient vraiment espéré, au conseil, qu'ils puissent me contrôler ? Et encore plus m'interdire d'apprendre davantage ? Ridicule. Ce qui je ne me fis pas prier pour lui dire.
"Tss, vous n'avez fait que me frustrer, me donner davantage envie d'apprendre. Vous payerez un jour pour ça. N'importe quel Village Caché voudrat m'avoir sous leurs ordres pour la guerre à venir. Vous vous êtes méchament planté, le vieux."

Je partis d'un bond, traversant en trombe le vaste batiment, sautait d'un toit à l'autre pour m'échapper de la ville. Les Oinins n'allaient pas tarder à intervenir, mais avec un peu de chance, je serais déjà loin de là. Oh, ce n'était pas que je craignais ces membres de l'ANBU spéciaux, mais je ne voulais pas m'éterniser ici. Le Kage pourrait s'amener et ça pourrait être le pire des cas. Je n'étais largement pas assez fort pour le vaincre. Finalement, je parvins à m'extraire de Kiri, et je partis en direction du Pays du Feu, le village caché le plus proche étant Konoha.
Chapitre 4 : Renoument avec la société

Je passa une semaine dans la nature, pourchassé par de nombreux oinins. D'après ce que je savais une dizaine avait été lancé à ma poursuite. Un nombre toute fois conséquent. Je brouillais le piste, en me séprant de plusieurs clones qui partaient dans toutes les directions, enfin plutôt vers tous les villages cachés. Mais ils crurent que Konoha serait leur meilleure chance, alors ils restèrent la moitié à mes trousses. Alors je laissa plusieurs pièges derrière moi. Avant d'annoncer mon exil, j'avais pris soin de faire le plein de kunais, shurikens et parchemins piègés et fil de fer. J'ai du en mettre 2 hors de combat puisque seuls 3 me suivaient désormais. Mais j'arrivais enfin en vue du Village de la Feuille. Mais je me doutais bien que si j'arrivais là-bas avec 3 chasseurs de prime, ça n'allait pas être facile de m'intégrer, pour empirer la situation l'Hokage, la célèbre Sunin, Tsunade m'attendait devant les portes fermées de la ville. Perdant un peu de mon sourire toujours présent, je ralentis. J'étais pris entre 3 Oinins et un Kage. Le choix n'était pas difficile, j'allais me battre contre l'ANBU. Activant mon Sharingan, je sortis un kunai de ma poche, que je lança en direction du premier qui arrivait sur moi. Deux clones se matérialisèrent à mes côtés après leur incantation, et chaqu'un d'eux lança une attaque spécifique de mes affinités. A l'arrivée, cela donnait une mini-tempête qui s'abattait sut les trois adversaires. Moi, de mon côté, j'observais avec mon oeil modifié. J'apprenais. C'était fascinant cette sensation de comprendre, plus que la sensation de pouvoir. Je voulais apprendre, encore et toujours pour acquérir un savoir presque parfait. Oh, je vous contredis tout de suite, je ne suis pas comme Oorochimaru, loin de là, je n'ai pas toutes ses envies de domination, je veux juste plus de connaissances et pouvoir les appliquer sur mes ennemis. Revenant au combat, j'entrepris de lancer mon éternel combo. Lancé de shurikens, - cette fois-ci avec des parchemins piègés attachés au préalabe - attaque hara-kiri et genjutsu. Un seul des trois parvint à se libérer de l'illusion mais il se prit l'attaque kamikaze de plein fouet, désorienté. A l'intérieur de l'illusion, je m'étais placé entre les deux combattants, ce qui provoqua le plus petit des deux qui découpa mon image en deux, avec son partenaire avec. Dissipant mon jutsu, je sortis du cercle d'étoiles, et d'un claquement de doigts, je les envoya vers la gorge du dernier debout. Une fois cible atteinte, les parchemins explosèrent, dissipant toutes les traces. Me retournant vers la chef de Konoha, je leva mes mains en signe de redition et de pour-parler. Elle m'emmena dans son bureau où nous discutèrent un long moment. Finalement, elle accepta de me prendre à son service en tant que Jouni chargé des interrogatoires. C'était là un métier que j'ai eu beaucoup de plaisir à faire. Le plongeant dans mon genjutsu, j'aimais à les faire devenir fous, ou les pousser au désespoir. Je passe les détails, mais il n'y en a pas eu un seul pour me résister. Parfois, j'allais jusqu'à les tuer, puis les faire revivre dans mon jutsu où j'étais le seul maître, puis à continuer à les torturer. C'était tellement jouissif ! Ces missions que j'affectionnais étaient souvent séparées par de nombreuxes missions à haut risques, du niveau de l'ANBU. J'ai le droit aussi, une fois, d'aller pourchasser un Nuke-nin, en tant qu'Oinin. J'avais donc 3 statuts en même temps. Je commençais à apprécier Konoha, bien qu'il y ai beaucoup de personnes désagréables qui croyent plus en leur rêves que leurs capacités. Enfin, je m'efforçais de ne pas les côtoyer mais lorsque ça arrivait, je ne me gênais pas pour les bousculer. Du côté des connaissances, j'étais au mieux. Etant devenu digne de confiance pour Tsunade, j'étais son espion secret et parfois je remplaçais sa conseillère lorsqu'elle partait en mission. Ainsi j'avais accès à toutes les caches de jutsu du village. J'apprenais, je paufinais, j'excellait. J'étais dans ma meilleure condition possible, Konoha était beaucoup plus ludique que Kiri, oh oui ! Et je respetait l'Hokage, pas comme celui de Kiri, enfin l'ancien car pendant ces 4 années de services à Konoha, il y avait eu du changement. Mais du côté de Konoha aussi. Tsunade préparait quelque chose, mais me mettait hors compétition en ne m'avertissant de rien. Seule sa conseillère était au courant apparement. Et ce que j'avais soupçonné était bien plus encore. Lors de ma 27° année, elles disparurent un jour. Des villageois affirment les avoir vu sortir par la porte principale mais cela semblait plus des mensonges qu'autres choses. Tsunade avait eu peur de quelque chose. Quelque chose de suffisament puissant pour qu'elle quitte le village seule, ou presque, à sa recherche. EN attendant, le Conseil mit un cerain Ryu no Hebi sur le trone du pouvoir. Il était apparement très compétent, et très puissant. Un homme tel que je les respectais. Lorsqu'il eut prit les rennes du Village, j'attendis qu'il soit suffisament habitué pour venir me présenter. Je lui proposa mes services, n'importe lesquels, ils étaient à son service. Oh bien sur, je ne lui ai pas dis comme ça, je ne suis pas aussi serviable, mais je lui ai juste fait savoir que j'étais disponible pour les missions d'importance. Mon rang officiel était ANBU mais il m'arrivait toujours de m'occuper des interrogatoires ou de chasser les traitres. J'étais satisfait de ma condition, espérons que ça continue ainsi ...

{FIN}


Dernière édition par Ka Z'Accatto le Mar 28 Juil - 0:31, édité 3 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryo no Hebi
Hokage - Admin Associal
avatar

Masculin
Nombre de messages : 213
Age : 28
Rang : Rokudaime
Date d'inscription : 27/10/2008

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1: Suiton
Spécialité n°1: Taijutsu

MessageSujet: Re: Ka Z'Accatto {Fini !}   Lun 27 Juil - 17:36

Citation :
PS >> Désolé pour les fautes d'orthographe, là maintenant, j'ai pas le courage de tout re-lire, après que le site ai buggé 3 fois et donc de recommencer 3 fois de suite la dernière partie, j'ai plus de motivation du tout xD

Non non je n'en remets pas une couche mais si tu écrivais tes textes sur un traitement de texte avant, tu n'aurais pas ce problème Razz .

En tout cas, dommage pour la fin que je trouve un peu bâclée par rapport au reste de ton histoire. Sinon les descriptions sont assez fournies et l'histoire est pas mal (je me serrais volontiers passé du sharingan mais ce n'est que mon avis personnel). Il y a en effet quelques fautes d'orthographe mais ca reste raisonnable.

Validé Anbu (on parlera tous les deux du statut de conseiller), Rang A
Rang A > 23 techniques maximum / 2 de rang A / 4 de rang B / 5 de rang C / 6 de rang D / 6 de rang E
Deux affinités + trois spécialités

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ka Z'Accatto
Anbu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 13
Age : 24
Date d'inscription : 23/07/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang A
Affinité n°1: Suiton
Spécialité n°1: Genjutsu

MessageSujet: Re: Ka Z'Accatto {Fini !}   Lun 27 Juil - 18:57

Pour la fin de l'histoire, j'avoue. Mais recommencer 3 fois la même chose, sa perd en efficacité. Je la modifirais si j'ai un peu d'inspi mais là plus rien ^^. J'ai hésité à te demander pour le sharingan, je me demandait si sa ne faisait pas un peu trop, mais je voulais surtout la technique d'Itachi, après le Sharingan en lui même je m'en fiche un peu. Pour le traitement de texte, wé peut-être, mais mes fautes sont surement des fautes d'accord ^^ Et pis j'aime pas les traitements de texte, mais c'est juste une fierté mal placée xD

EDIT >> J'ai un peu modifié la fin, j'espere que c'est un peu mieux, mais je ferais surement pas mieux alors je clos le sujet ^^

Pour les fautes, j'ai la moitié du chapitre 2 à terminer et le 3 et 4. Mais là, je sature xD
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Ka Z'Accatto {Fini !}   

Revenir en haut Aller en bas
 
Ka Z'Accatto {Fini !}
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Fini le catch sur NT1 ?
» village fini mais le train hs.....
» Photo - quel type de fini choissisez-vous?
» Mon roman est FINI !!
» vide grenier: ça y est la VKR c'est fini !!!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreams Of Shinobis :: Présentations et fiches :: Présentations :: Présentations Validées-
Sauter vers: