Dreams Of Shinobis



 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Entrevue très... Hot [PV Ishimaru]

Aller en bas 
AuteurMessage
Yamamoto Ayame
Kazekage - Admin Râleur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 94
Age : 28
Rang : Suna No Kuni
Date d'inscription : 26/10/2008

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Kekkai Genkai

MessageSujet: Entrevue très... Hot [PV Ishimaru]   Dim 19 Juil - 14:16

    Il faisait chaud. La chaleur qui régnait en cette après midi n’était pas coutumière, même pour le pays du sable. Ayame avait convoqué un par un les effectifs du village qu’elle contrôlait depuis à peu près un mois, mais certains shinobis n’avaient pas encore eu l’ultime honneur de s’entretenir avec la Kazekage. C’était d’ailleurs le cas de plusieurs ninjas de haute volée, car la jeune femme avait semblé plus judicieux de se présenter tout d’abord aux jeunets du village caché du sable. Ainsi s’apprêtait-elle à rencontrer le premier ambu – mais pas le moindre – qu’elle avait convoqué : Ishimaru Shenlong. Ayant patiemment et minutieusement étudié son dossier, elle connaissait les grandes lignes de ce personnage singulier mais assez aimé de ses compagnons. Il semblait parfaitement convenir pour la mission qu’elle devait lui assigner. Et bien sur, elle ne désespérait pas de pouvoir s’en mettre un petit coup au passage, si tant est que le principal intéressé l’eût été, justement, intéressé…

    Cela faisait maintenant quelques minutes qu’elle marchait là, sous le soleil de plomb qui brûlait le sable sous ses pieds. Elle n’avait pas voulu rencontrer ce Shenlong dans son bureau comme elle l’avait fait pour les autres, car elle craignait que la mission qu’elle allait lui confier soit entendue… Après tout, ne disait-on pas que les murs ont des oreilles ? Après quelques minutes de marche dans le désert, sa tunique ouverte à la limite de l’indécence, elle s’assit, attendant l’Ambu. Elle était légèrement en avance, et regretta de n’avoir pas pensé à amener à boire avec elle. Une goutte de sueur lui glissait le long de la poitrine, et elle jugea bon de l’essuier avec un doigt. Geste qui aurait rendu plus d’un garçon totalement fou s’il avait vu ce mouvement.

    Cela faisait longtemps qu’elle n’avait plus été seule, et malgré qu’elle sache que cela faisait partie de ses responsabilités, cela lui pesait sur le moral. Elle profita donc de sa solitude momentanée pour réfléchir.

    Elle se demandait comment allait son ancien maître et compagnon, celui qui l’avait toujours soutenu et aidé, et dont elle n’avait maintenant plus aucune nouvelle. Songeant au passé, elle se dit que sa première priorité, lorsqu’elle aurait un moment, serait de lui écrire, ou mieux, d’aller lui rendre visite, seule, et de boire plus que de raison à ses côtés, en parlant du bon vieux temps, et en lui narrant ses exploits de ninja du village du sable. Doucement, la tête posée sur le sable, elle ferma les yeux, et il ne fallut pas plus de cinq minutes pour qu’elle tombe dans le pays des songes, oubliant qui elle était, ce qu’elle faisait, et même qui elle attendait, se rendant ainsi plus vulnérable que jamais…

_________________

Thème Musical d'Ayame - Hope Vol.2 - Apocalyptica

--ͼ Viens près de moi Invité, là, contre moi... Ͽ--
--ͼ Tu seras en sécurité...[size=16]Ͽ--[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamsofshinobis.0forum.biz
Ishimaru Shenlong
Anbu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 46
Age : 28
Rang : S
Date d'inscription : 12/06/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Ninjutsu

MessageSujet: Re: Entrevue très... Hot [PV Ishimaru]   Lun 20 Juil - 16:35

Il faisait chaud, trop chaud, même pour un fils du vent habitué au désert rigoureux de ce pays au allure si inhospitalière. Tant et si bien que Shenlong faillit renoncer à ses exercice d’assouplissement et de renforcement matinal. Des exercices qui lui permettaient d’entretenir un corps qu’il voulait parfaitement équilibré…La vie d’un ninja de l’Ambu pouvait facilement en arriver à dépendre de ce genre de détail. Mais il n’y renonça pas, comme toujours. Après quoi, sans plus attendre, il se dirigea vers la bassine d’eau tout juste remplie par le domestique de la maisonnée (il s’appelait Ibiresu, un nom bizzare qui ne voulait rien dire, ce pourquoi il l’avait affectueusement renommé Roger… ) avant qu’il ne se lève, comme tout les jours à peu près à la même heure, lorsqu’il était en service. Et joignant ses deux mains laissa s’écouler dans ses paumes formant désormais un creux, le précieux liquide. Avec lequel il s’aspergea le visage, autant pour se rafraîchir que dans le but de le faire définitivement émerger du pays des songes. Il était encore fatigué, sa dernière mission s’était achevé la veille à peine pour ne pas dire très tôt ce matin. Il avait dormi à peine cinq heures cette nuit et sortait de deux nuits de traque consécutive avant ça. Mais tel était le lot des Ambu, le repos était un luxe qu’il ne pouvait se permettre que très rarement.

L’image des déserteurs qu’il avait poursuivi dans le désert pendant deux jours surgit brusquement en lui. Leurs yeux apeuré tandis qu’il observait un être tout enveloppé de noir, le visage recouvert par un masque de tigre gris, fondait sur eux. Alors qu’il touchait presque au but, la fin du désert était si proche pour eux…Mais non, tapis dans leur ombre même, il avait surgit, lui ce démon. Sans aucune hésitation il s’était emparé de son sabre ninja, une lame courte à tranchant unique, incroyablement effilé. Ils avaient tentés de défendre leurs vies bien sûr, mais comme toujours c’était peine perdue. Il n’avait même pas le niveau pour espérer esquissé la moindre riposte. C’était pourtant des ninjas de Suna, mais des Genins, qui serait probablement toujours resté des Genins et qui devant cette amère constat, avait préféré basculer dans l’ombre, voler, tuer et pire que tout déserté. Ce qui leur valait maintenant la pire des punitions, la mort de la main des pires bourreaux qui soit, les agents de l’Ambu. Il n’avait pas eu besoin d’un seul ninjutsu, simplement la paume et le tranchant d’une main, le sabre brandit dans l’autre et ses pieds, si efficace qu’on ne savait plus qui du sabre ou de ses membres usuels était le plus dangereux. Il n’avait pas joué avec eux cependant, certain l’aurait fait, pas lui. Il était trop respectueux de la vie…Son éducation sans doute. Il les avait tué vite et bien, considérant que le fait de na pas connaître le visage ou l’identité de son bourreau était déjà une punition suffisante, terrifiante. Car dans ces cas là, l’Ambu était anonyme, son agent n’était personne, un numéro tout au plus. Et c’était effrayant, même pour lui parfois.

D’un geste de la main, exprimant à l’évidence sa mauvaise humeur, il chassa ces pensées maussades. Il avait rendu la justice du Kage, ni plus ni moins, il n’était pas payé pour se poser des questions et de toute façon, c’était des déserteurs, des pilleurs et des meurtriers, si ce n’avait pas été lui un autre, probablement moins sympathique se serait chargé de leur faire passer l’arme à gauche. Le Kage d’ailleurs…En place depuis peu et qu’il n’avait pas encore eu l’honneur de rencontrer, il avait pourtant déjà effectué plusieurs missions pour elle (puisqu’à l’évidence c’était une femme). Le nomination d’un nouveau Kage faisait toujours des vagues…Qu’il fallait briser tout de suite en coulisse. Heureusement cette fois la racine de Suna ne s’était pas manifestée. Ce qui avait facilité les membres de l’Ambu. Ce regain systématique, d’un point de vue historique, d’activité après la nomination d’un nouveau Kage expliquait qu’il ne l’ait pas encore rencontré comme le voulait l’usage, ça et le faite qu’elle ait préféré s’entretenir avec les rangs inférieurs d’abord. Ce qui Shenlong jugeait d’ailleurs plutôt sage. De toute façon il la connaissait, au moins de visage, il n’était pas Ambu pour rien…Et il savait qu’elle était puissante, très puissante. Elle était devenue Kage en un an…Lui qui était déjà craint à l’Ambu pour son incroyable jeunesse, considérant le rang qu’il occupait déjà, il imaginait aisément à quel point elle l’était au yeux du monde extérieur. Mais comme lui elle semblait aussi et ce très paradoxalement, très apprécié de ceux qui l’entourait, bien qu’on lui prêtait en plus de tout ça une réputation d’allumeuse qui ne plairait guère avec le temps à la gente féminine mais qui aurait au moins l’avantage de rassembler autour d’elle les hommes du village.

Coupant court à ses pensées il s’arracha à la contemplation de son visage dans le miroir, contemplations dans laquelle il s’était perdue tout en ruminant ses sombres et moins sombres pensées. La Kage justement, il devait la rencontré. Il avait lu le message qu’elle lui adressait, lui fixant rendez-vous en rentrant. Son père le lui avait sans doute laissé, sur son bureau, lorsqu’un messager était venu l’apporter à leur domicile. Il était en avance bien sûre, il n’avait rendez-vous qu’après midi, mais avant ça il devait passer faire un rapport, orale et écrit de sa dernière mission et plus tôt il y allait plus tôt il en aurait fini avec ça. Ce qui lui laisserait peut-être le temps de flâner un peu, comme il ne l’avait plus fais depuis longtemps ,avant de rencontrer la Kage et peut-être de dîner avec sa mère qu’il n’avait plus vue depuis près de deux semaines, alors qu’il vivait dans la même maison ! Enfilant son uniforme de l’Ambu (qu’il devrait sérieusement penser à nettoyer), plaquant son masque traditionnel sur son visage, il sortir, sans ses armes (quelques kunai à peine), prenant la direction du quartier générale de l’Ambu. Il y rédigerait son rapport écrit sur place avant de faire un compte rendu orale à son supérieur. Comme le soleil était déjà levé depuis un bout de temps, il était plus difficile pour lui de se déplacer sans se faire voire, privé des zones d’ombre que la lune plus complice lui ménageait plus volontiers. Mais comme tout Shinobis de son rang, passer inaperçu au yeux du commun des mortelles était un art qu’il maîtrisait parfaitement.

L’affaire fût assez rapidement entendue, ses rapports furent jugés satisfaisant du premier coup, aucune question ne lui fût posée, aucune demande de précision non plus. Il faut dire qu’aux yeux de ses supérieurs ce n’était qu’un affaire banale, sans importance. Comme ils en voyaient défiler cinquante par jours. Et c’est vrai que même s’ils lui avaient demandé, il n’aurait rien pu rajouter. Sortant de la salle et décidant de repasser chez lui comme prévu, il ne put s’empêcher de jeter un coup d’œil en arrière pour observer son supérieur et plusieurs autre membres de l’organisation discuter. De lui ? Peut-être…Depuis son arrivée on ne lui avait confié que des missions de ce genre, relativement simple tout en étant secrète, qui permettaient de le tester et situer ses véritable aptitudes. Il les avait pratiquement toutes effectuées en un temps record, s’en sortant sans une seule égratignure, si ce n’est sur son orgueil qui commençait à pâtir de ce manque de confiance caractérisé…Même s’il avait conscience que sa jeunesse justifiait parfaitement cette conduite. Et encore, même au sein de l’Ambu, rare était ceux qui connaissait l’identité exact des membres de l’organisation, lui par exemples, n’en connaissait aucun. Ils portaient leur masque en permanence, nul doute que certain se connaissait plus intimement entre eux et que beaucoup, se faisant confiance s’était dévoilé leur visage, mais par principe même en assemblé, il cachait leur visage. Et c’était mieux ainsi. Au fond il finirait bien par leur prouver entièrement ses aptitudes et par effectuer des missions autrement plus gratifiante que celle qu’il avait eu à faire jusque maintenant ! Sans que la nature de ses origines n'influe sur l'opinion de ses semblables en quoi que ce soit!

D’un pas rapide, il retourna chez lui (toujours de la façon la plus discrète qui soit bien sûr) sans plus attendre, il en profiterait aussi pour prendre une bonne douche froide, la chaleur l’accablait de plus en plus et il se débarrasserait enfin de cette uniforme d’Ambu dans lequel il cuisait littéralement. À peine rentré ce fût chose faite, il en profita pour vérifier que son bras gauche était en parfaite état, ce bras en bois qu’il avait lui-même fabriqué et dont il exigeait les même performances qu’un bras de chaire. Il passa un t-shirt noir sans manche sur son torse musclé, puis un pantalon blanc pour un fois (d’ordinaire il était noir mais aujourd’hui il n’avait pas à essayer de passer totalement inaperçu, il était chez lui et en plein jour), qu’il noua de son habituel ceinture marron ou pendait quelques kunai et un ou deux shuriken. Puis enfila ses chaussures noire, nouant les deux bande de tissu qui en sortaient autour de ses chevilles. Il plaça délicatement son épaulière en cuir sur son épaule et passa son bras de le morceau de tissu en forme de manche recouvert de rivet métallique ayant à la fois un rôle protecteur et dissimulateur. Il mit le gant brun qui devait recouvris sa main dans sa ceinture, pas besoin de la recouvrir pour l’instant, il n’allait que manger avec ses parents et bien naturellement ils savaient de quoi ce bras était fais. Sortant enfin de sa chambre (qui s’apparentait presque à un petit appartement vu sa taille) il se dirigea vers la cuisine. Il avait déjà croisé sa mère en rentrant, mais son père non. Assis à la table entrain de découper un légume quelconque auquel il ne prêta pas attention, il le salua d’un bref regard, qui détailla son corps entier pour s’assurer qu’il n’y avait rien d’anormal chez son fils désormais unique, puis d’un mouvement de tête l’invita à s’asseoir. Il se leva ensuite pour sortir d’une armoire un ensemble de verre destiné au saké, verre qu’il s’empressa de remplir. Avant de lui dire sans embarras :


« Raconte moi… »

Shenlong détourna le regard de la table pour regarder par la fenêtre extérieur. Avant de répondre à la suite de ce bref silence.

« Il n’y a rien à raconter, c’était des traîtres, on m’a ordonné de les traqués et de les tuer, ce que j’ai fais, froidement sans me poser de question, les questions sont venues après, mais elle n’avait aucun sens, aucun fond, aucune importance. Alors je les ai écartées c’est tout. »

Ishimaru Long, quarante ans, père de famille, maître du clan éclaté des Ishimaru acquiesca. C’était ainsi pensait-il surement que son fils devait se comporter. Ainsi qu’un homme loyel et digne, tout en étant respectueux devait se comporter. Et il était soulagé que son fils s’y retrouve lui aussi à travers cette vision des choses sommes toute familial. Du moins cette fois-ci…Il connaissait son enfant et savait les démons qui le tourmentait, il était aussi les siens, parce qu’il était son père, mais aussi parce qu’il avait vécu les même traumatisme qui était l’origine, la genèse de ces sombres tourment. Il savait donc comme il était facile de se laisser emporter par ceux-ci, dont la frénésie était décuplé et la force amplifié par l’odeur du sang et la perspective des combats. Shenlong y avait déjà céder, il le savait pertinemment, s’en était d’ailleurs suivi de longue heure de dépression…Mais pas cette fois, il était fort et il lui en fallait plus.

« Mangeons, tu dois mourir de faim et ça fais si longtemps que nous n’avons pas été réunis. »

Sa mère coupait court avec ces paroles d’une simplicité rassurante à leurs réflexion. D’eux trois elle était la plus grande volonté, la plus forte personnalité. C’était une femme, une mère, une mère qui avait perdu son enfant et continuait de vivre le sourire au lèvre pour l’homme qu’elle aimait et son fils restant, qu’elle chérissait. Il n’y avait rien de plus puissant que ces mères la, dont l’amour aussi pure que profond lorsqu’il n’était pas dénaturé donnait parfois lieu à de véritable miracle. Elle avait été le roque auquel tout deux s’était rattaché pendant les heures sombre, alors que s’est elle qui avait perdu le fruit de sa chaire. Sa fille…Ils mangèrent, échangeant quelques nouvelle récente, commentant la venue du nouveau Kage et tentant de deviner qu’elle était ses projets pour le village, car tout le monde le savait, il y avait ce que personne n’ignorait et ce qu’elle seul connaissait. Puis il se levait, embrassa son père et sa mère, leur promis sans trop d’espoir d’être la ce soir, puis sorti. Avant qu’il ne franchisse la porte son père murmura plus pour lui-même que pour son fils.

« Fais honneur à ta maison mon fils…Montre le feu qui t’anime à notre nouveau maître. »

Shenlong sourit, aujourd’hui son père était amère, nostalgique, sombre…Dans un semaine, il se lèverait, s’assoirait dans son fauteuil, déboucherai une bouteille de saké dès l’aube et boirait jusqu’à en perdre le raison. Sa mère le ramasserai en fin de journée, plus vieux de dix ans encore, le porterait de ses bras mince jusqu’à son lit, déposerait un baiser sur son front en l’enlaçant. Puis viendrait pleurer dans les bras de son fils…S’il était là, sinon elle boirait aussi. Dans une semaine ça ferait six ans…Cinq ans que sa sœur était morte…Et lui ? Lui, il pleurerait aussi, mais loin des yeux indiscret, calmement, silencieusement. Jusqu’à ce jour prochain, sa famille vivrait au ralenti, les conversations se ferait de plus en plus rare, le saké de plus en abondant…Et puis tout reprendrai le cour normal des choses, ils se réveilleraient un matin comme on se réveille tout les autres matins, ils sortiraient d’un long rêve brumeux. Shenlong lui ne s’adonnerait à cette aberrante débauche de tristesse de colère et de nostalgie que le jour même. Il était ninja de l’Ambu et jusque là, il aurait probablement de quoi faire loin de tout ça, de quoi lui occuper l’esprit, ou du moins l’espérait-il.


Dernière édition par Ishimaru Shenlong le Lun 20 Juil - 16:52, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishimaru Shenlong
Anbu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 46
Age : 28
Rang : S
Date d'inscription : 12/06/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Ninjutsu

MessageSujet: Re: Entrevue très... Hot [PV Ishimaru]   Lun 20 Juil - 16:36

En attendant il marchait dans les rues de Suna, le regard des gens glissaient sur lui comme une main frôlant la surface d’une eau claire. Il se dirigeait tranquillement vers le point de rendez-vous fixé par son nouveau Kage. Il était dans les temps, ni plus ni moins. Il avait emporté une gourde, remplie de saké, comme il en avait l’habitude, espérant pouvoir allez se détendre sur les hauteurs après cette entrevue. Peut-être la Kage aimait-elle le saké, auquel cas il pourrait toujours lui en proposer, on ne sait jamais. Qui plus est le point de rendez-vous se situait dans le désert. Il risquait donc d’y faire soif, comme aurait dis son père, immense amateur de saké s’il en est. Il avait apporté une grande ombrelle aussi, ce n’était pas très encombrant, il redoutait que la Kage n’est pas prévu d’endroit à l’ombre, endroit d’ailleurs difficilement trouvable en ces heures où le soleil à son zénith ne laissait que peu de répit aux Sunnites. Mieux valait trop que pas assez ! Il sortit sans encombre du village, sans se faire remarquer (de toute façon l’insigne du clan gravé sur son épaulière, s’il n’était pas celui du clan le plus connu, l’était suffisamment et suffisamment respecté pour qu’on ne lui pose pas de question) et pressa le pas. Ses pieds glissaient sur le sable avec une aisance sidérante, témoin des nombreuse heures qu’il avait passé depuis sa naissance à arpenter la mère de sable. Il ne faisait pratiquement pas de bruit, même si sa démarche était la plus naturel du monde (si on pouvait qualifier cette démarche semi-martial, mais néanmoins instinctive, de naturel…).

Lorsqu’il arriva à l’endroit prévu, la Kage, habillé d’un décolté impressionnant qui failli le faire rougir, était allongé sur le sable, les yeux clos, mais à l’évidence comme tout bon Ninja d’un tel niveau les sens en alerte. Elle semblait dormir paisiblement sous ce soleil de plomb. Ce qu’il trouva d’une part fort imprudent (le désert était ce qu’il était, un endroit dangereux) d’autre part très amusant. Elle semblait jeune, peut-être quelques années de plus que lui tout au plus, mais il savait que c’était un Kage et que ce n'était pas l'âge le plus important lorsque l’on s’intéressait à de tel personnage, souvent extraordinaire. Elle avait vingt cinq ans d'après ce qu'il avait entendu de ci de là, son caractère assez précoce pour un Kage ne faisait que renforcer l'impression de force qui émanait d'elle. Son visage était incroyablement pure, et ses paupières closes devaient cachées deux yeux magnifiques, en harmonie avec ce corps étonnement bien proportionné, parfaitement entretenu, comme en témoignait ce ventre nu et musclé qu’elle exposait au soleil et sur lequel perlait désormais quelques goûtes de transpiration. Ses longs cheveux tressés en natte s’étalaient sur le sable (elle va passer des heures à les nettoyer avec les kilos de sable qu’elle ramasse la se dit-il…non sans un sourire). C’était un belle femme, c’était indéniable et comme toute les belles femmes Shinobis, elle n’en était que plus dangereuse.

Elle dormait apparemment sans crainte, puisqu’elle ne s’était pas réveiller et il ne doutait pas un instant que s’il essayait de s’en prendre à elle c’est ce qui arriverait, mais elle se lèverait dès lors du mauvais pied. Il espérait ne jamais avoir à la connaître de mauvais humeur, son instinct lui soufflait qu’elle devait être un femme de caractère particulièrement dangereuse en ces moments là…Il planta doucement l’ombrelle, interrompant la séance de bronzage de sa supérieur (mais de toute façon personne n’aimait les marques)et sortant de sa ceinture un verre se servi un rasade de saké. Après s’être assis, espérant qu’elle ne tarderait pas à se réveiller, mais n’osant le faire lui-même. Il en profita pour la détaillé de plus près, outre ses formes avantageuse, elle semblait prendre un soin particulier de son corps, comme lui, il était en parfaite harmonie, parfaitement équilibré, des bras musclé mais élégants, des cuisses à la fois fines et puissante. Pas de disproportion révélant une nature plus penché vers tel ou tel style de combat, à l’évidence une guerrière polyvalente…Son physique en lui même ne le laissait pas indifférent, il n’était rien de plus qu’un homme et un jeune, mais ne l’intéressait pas non plus que ça. C’était son Kage simplement et si observer un corps était comme apprécier un tableau, chacun avait ses critères d’observation et en retirait ce qui lui semblait juste. Elle était belle, mais hors de portée en cette instant. Donc seul le point de vue purement formelle l’intéressait, comme le prouvait l’analyse assez froide qu’il venait de porter sur son supérieur. Un jugement purement objectif sur des éléments matériel, rien de plus…Il avait été ainsi formé et éduqué.

Il soupira légèrement d’aise, s’arrêter, respirer, profité du calme ambiant, laisser son esprit et ses pensées dérivées au gré des vents qui balayait le désert Sunnite. Voilà bien longtemps qu’il n’avait pas goûté une telle quiétude. Il se laissait prendre par l’univers apaisant du désert, sa chaleur assommante malgré l’ombre dont il disposait. Et tournant le verre de saké d’un côté puis de l’autre pour éveiller les arôme du liquide, y plongea les lèvres, tout en repliant ses jambes, pour former la position du lotus. Le liquide descendit doucement dans sa gorge, l’enflammant et pénétrant brutalement ses champs de perceptions, bourdonnant à ses oreilles et laissant éclaté son parfum, son goût, comme une explosion des sens dans sa bouche. Il senti que sa maîtresse était éveillée, elle l’était sans doute depuis son arrivé, rouvrant les yeux, respirant à fond il murmura, comme soucieux de ne pas briser cette étrange harmonie :


« Ohayo, Kazekage-sama, je n’ai pas voulu vous réveillez, pardonnez moi, vous sembliez si paisible. Je suis Ishimaru Shenlong 21 ans, membre de l’Ambu, nom de code : Tora, à votre service. Moi, mon clan et mes semblables sommes vos obligés. Que puis-je pour vous ? »

Aujourd’hui peut-être pour la seule fois (il doutait de la rencontrer à nouveau en tête à tête comme ça, à moins qu’elle n’apprécie sa compagnie se dont il doutait et il était un peu tôt pour le dire), il ne portait pas de masque et comme le voulait la tradition, lui montrait son visage. Le Kazekage avait l’insigne privilège de pouvoir connaître tout les membres de « son » Ambu. Il était le premier à se « dénuder » face à elle. C’était un moment important car une des grandes forces de l’Ambu résidait notamment à travers le secret totale de l’identité de ceux qui en faisait partie. Seul quelques privilégié pouvait en connaître certaine, au sein comme à l’extérieur de l’organisation d’ailleurs. Le Kazekage était de ceux là, son père aussi…


HRP: Désolé pour la longueur du poste, des fois je craque...Et je me laisse emporter, la j'avais l'inspi et j'aime pas la laisser passer. Bon en gros le plus important se trouve à la fin du post dans la deuxième partie si tu as la flemme mdr!


Dernière édition par Ishimaru Shenlong le Sam 25 Juil - 18:07, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamamoto Ayame
Kazekage - Admin Râleur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 94
Age : 28
Rang : Suna No Kuni
Date d'inscription : 26/10/2008

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Kekkai Genkai

MessageSujet: Re: Entrevue très... Hot [PV Ishimaru]   Jeu 6 Aoû - 18:59

[HRP] Ishi, vraiment désolé pour le temps que ca met, je suis surbooké, entre l'aménagement de la maison de ma meilleure amie, le boulot, etc, il ne me reste presque pas de temps libre pour l'instant, je te répond dès que possible, je vais revenir aux bons vieux système du papier et du bic, il me restera juste à recopier ^^.

_________________

Thème Musical d'Ayame - Hope Vol.2 - Apocalyptica

--ͼ Viens près de moi Invité, là, contre moi... Ͽ--
--ͼ Tu seras en sécurité...[size=16]Ͽ--[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamsofshinobis.0forum.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Entrevue très... Hot [PV Ishimaru]   

Revenir en haut Aller en bas
 
Entrevue très... Hot [PV Ishimaru]
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreams Of Shinobis :: Suna No Kuni :: Le désert-
Sauter vers: