Dreams Of Shinobis



 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 EVENT 1, chapitre 2 : La marche du désespoir (partie 1)

Aller en bas 
AuteurMessage
Pein
Meneur Officiel d'Akatuki - PNJ
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 24/05/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1:
Spécialité n°1:

MessageSujet: EVENT 1, chapitre 2 : La marche du désespoir (partie 1)   Dim 1 Nov - 17:22

Spoiler:
 



    Deux jours après l’attaque du Jinchuriki, la muraille est encore en morceaux. Concernant les effectifs de Suna, ils sont très faibles. La plupart des blessés n’ont pas été remis en état. Pratiquement aucun des ninjas que le village voulait rapatrier n’est rentré. Suna a même perdu le contact avec la grosse majorité. Seule une petite poignée affectée à la frontière Est est rentrée. Tout le monde est sur le pied de guerre, tout ceux qui savent se battre sont obligé de rester à proximité des enceintes, prêts à défendre le village. Le nom de l’Akatsuki est sur toutes les lèvres, même les civils savent qu’une grande menace pèse sur eux. Le gouvernement essaye tant bien que mal d’apaiser les esprits mais en vain. Les habitants les plus lâches de Suna veulent partir le temps que ça se tasse mais la politique est très claire, personne ne sortira tant que la menace n’aura pas disparue. Ajoutez à cela un Kazekage absent et vous obtenez un peuple au bord de l’insurrection…

    Avec nonchalance, six hommes marchaient de front. Leurs foulées étaient lentes mais assurées. Ils inspiraient une grande confiance en eux. Trop peut-être ? Un tout cas, le chakra qu’ils dégagaient à eux six était tout bonnement terrifiant. Une grande armée remplie de shinobis moyens aurait certainement un moins gros potentiel que ceux là. En plus, on pouvait facilement dire de loin qu’il s’agissait de membres de l’Akatsuki car ils portaient cette longue robe noire ornée de nuages rouges. Inflexiblement et inexorablement, ils se rapprochaient de la porte principale de Suna, ou tout du moins ce qu’il en restait. Malgré ce qu’on pourrait croire, ils ne manifestaient aucune agressivité, comme s’ils se rendaient à Suna simplement pour discuter. De toute façon, leurs intentions seraient très vite révélées car ils n’étaient déjà plus très loin de leur destination. L’alerte est donnée à Suna.

    Les six individus s’immobilisèrent finalement à une cinquantaine de mètres de l’enceinte et ils levèrent ensemble leurs six paires d’yeux. Ils voulaient sans doute capter l’attention des gardes en faction, ce qu’ils avaient pourtant déjà réussi à faire. La plupart des ninjas dégainèrent et descendirent de la muraille pour accueillir comme il se devait ces invités indésirables. Quant à eux, ils restèrent immobiles et parfaitement neutres. Ils attendirent d’avoir un auditoire assez important avant de bouger. Une ressemblance était frappante. Ils avaient tous une sorte de piercing qui recouvrait leurs corps et leurs visages. Le Pain à la chevelure rousse hérissée fut le premier à bouger. Il fit un pas en avant et s’exclama :

    • Peuple de Suna ! Par respect pour votre intelligence, nous avons décidé de ne pas détruire votre village. Vos chefs ayant déjà fait appel à nos services par le passé, vous êtes pour nous une source de revenus non négligeable. Cela dit, vous possédez des choses que nous voulons. Remettez nous Sabaku no Gaara ainsi que Nii Yugito et il ne vous sera fait aucun mal ! Si vous refusez, nous serrons dans l’obligation d’annihiler le village de Suna avec tous ses habitants. Pour vous montrer que nous sommes sérieux, voici un petit aperçu de notre force… Banshou Tenin !


    Sans effort apparent, le criminel leva son bras et dirigea la paume de sa main vers un pan de la muraille qui était encore dans un relativement bon état, sur lequel ne se trouvait aucun ninja. En un instant, une sorte d’onde de choc pratiquement invisible est partie de sa main et est venue frapper le mur de pierre. Celui-ci s’effondra comme un château de cartes. Toujours de façon très neutre et avec un visage inexpressif, il se retourna vers son publique.

    • Je pense que vous avez compris que nous ne sommes pas là pour plaisanter. Je pense que vous comprenez également qu’avec votre force actuelle, vous ne pourrez jamais nous empêcher de réaliser nos desseins. Alors ne mourrez pas inutilement comme ceux qui ont essayé de nous arrêter à la frontière Nord, Suna pourrait encore avoir de beaux jours devant lui…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishimaru Shenlong
Anbu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 46
Age : 28
Rang : S
Date d'inscription : 12/06/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Ninjutsu

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 2 : La marche du désespoir (partie 1)   Mar 3 Nov - 21:03

Un jour de repos même pas, seulement, c’est tous ce qu’il avait eu ! Juste le temps pour Shenlong d’user de ses techniques pour soigner la plus grande partie des blessures de chacun. Ce qui l’avait empêcher de recouvrer toute ses réserves de chakra. Elle restait étonnement basse, un peu moins de la moitié ce qui l’empêcherait d’user de sa technique la plus puissante en cas de combat…Et l’affrontement semblait venir à eux avec sérénité au vu des dernières nouvelles qu’ils venaient de recevoir. Six ninjas portant le manteau sombre bardé de nuages rouge caractéristiques de l’Akatsuki se dirigeait vers le village. Il ne pu s’empêcher de soupirer puis de sourire devant la rapidité avec laquelle les événement s’enchaînaient. Il avait pu se reposer quelques peu, mais pas assez, aucun d’entre eux n’avait récupérer son meilleur niveau même si ses deux compère en était plus proche que lui et surtout il était six…Comment allait-il seulement pouvoir faire face à six ninjas de l’Akatsuki. Pourtant il n’avait pas le choix, ils savaient tous les trois pertinemment ce que ces démons venait chercher et il ne pouvait décemment le leur livrer. Non seulement Kumo ne le pardonnerait jamais, mais en plus il doutait que ce soit réellement bénéfique pour qui que ce soit de céder de tel être de puissance à des gens au ambitions d’apparence terriblement mégalomane et déjà investi d’un tel potentiel de destruction. Pour l’Akatsuki était présage de guerre et de mort purement et simplement et l’idée même de leur céder les Jinchuuriki était une aberration ! C’était donc bel et bien au combat qu’il allait devoir se préparer et honnêtement, s’il ne ressentait aucune crainte, cette perspective ne le réjouissait pas vraiment.

Qui plus est il restait une question à régler, lui et Minomura devait impérativement se rendre sur place, c’était leur village qui était en danger et il serait de toute façon appeler à le défendre en cas d’affrontement. De plus de sévère soupçon pèseraient sur eux en cas d’absence ! Le problème était de savoir Nii Yugito devait venir avec eux ou si elle devait s’en abstenir. Rester caché ici serait le meilleur moyen de la protéger, d’autant plus que sa présence n’était absolument pas une garantie de victoire. Cela dis, elle voudrait prendre en main elle-même son avenir et n’accepterait probablement pas que des décisions soient prise la concernant sans son avis. Et puis la cacher exposerait également dangereusement le village lui-même car il doutait que face à sa disparition l’Akatsuki abandonne aussi aisément et reparte sans elle. Le mieux était donc qu’elle les accompagne, mais il était hors de question de la livrée, il se battrait s’il le fallait et même si, il n’avait probablement que peu de chance de réussir à les vaincre.

Une autre question était celle du Jinchuuriki de Suna. Ou était-il et l’ennemi voudrait-il s’en emparer lui aussi ? Probablement qu’il profiterait de sa présence ici pour tenter de l’enmener effectivement. Car Shenlong doutait que leur ambition se borne à la possession et la capture du Jinchuuriki de Kumo. Des hommes comme ceux-là n’en avait jamais assez et convoitait tous ce qui pouvait leur apporter plus de puissance. Il était donc fort probable qu’il soit venu pour Gaara également, auquel cas il faudrait prévenir rapidement Temari et sa famille qu’il prenne les disposition qui leur semble les meilleurs. De même en l’absence du Kage, la décision revenait au conseille, mais il n’avait pas confiance en eux, même si leur sagesse était grande il arrivait souvent que les décisions soient prise non dans l’intérêt du village mais dans leur intérêt propre. Il devait de toute façon être déjà au courant de l’arrivée des Shinobis de l’Akatsuki.

« Et bien au vu du nombre il est fort peu probable que nous sortions vainqueur d’un affrontement mes amis…Cependant et ce même si le village en décide autrement, je ne pense pas que nous devions céder un Jinchuuriki à ces hommes. C’est ce qu’il semble être venu chercher je me trompe Yugito-san ? Je suis donc tout à fais près à me battre même si je ne jouis plus du service que de l’un de mes bras…Il devrait suffire pour faire bonne figure. Espérons que le village ne se laissera pas faire. Même si je doute que le conseille verra la chose sous un même angle. Par contre peut-être vont-ils aussi réclamer le Jinchuuriki de Suna, auquel cas nous avons peut-être un chance car leur requête deviendrait lourde de conséquence. De toute façon je ne crois pas que nous laisserons Yugito-sans dans une si mauvaise posture ! Si ? »

Il souriait tout en parlant, tant la réponse semblait évidente et tant leurs futures actions l’étaient elles aussi à ses yeux. Il fallait vaincre ou mourir, mais pas leur abandonner de la sorte un Jinchuuriki. Car même s’il avait voulu le récupérer par après, la cachette de l’Akatsuki était un secret garder depuis très longtemps que nul n’avait réussi à percer. Il était peu probable qu’il y arrive maintenant. De la même façon il doutait de l’efficacité d’une filature et d’une embuscade avec eux. D’autant que les laisser s’emparer des deux ninjas pour tenter de les récupérer une fois ceux-ci éloigné du village paraissait être une idée étrange, il serait privé de deux de leur meilleur combattant (ceux-ci serait entre les mains de l’adversaire) et n’avait déjà pas assez de ninjas comme ça. Et puis prendre à défaut de tel ninja lui paraissait aussi difficile qu’irréaliste en l’état actuel des choses. D’autant que le village ne pouvait guère se vider plus encore.

Il posa ses yeux Nii Yugito, il n’avait plus son masque depuis leur premier repas et il avait dévoilé son identité, soucieux que la confiance règne entre eux et imprègne chacune de leur décision. Il soupira, la disparition du Kazekage n’arrangeait rien, les prise de décision serait chaotique, les désaccord nombreux et l’organisation bancale, comme elle l’était déjà maintenant. Il fallait prendre les devants, refuser d’un bloc avant que quiconque aie le temps de prendre une autre décision. Sous réserve qu’il demande toutefois qu’on leur remette Yugito-san. Car rien n’était encore certain, même s’il ne voyait pas bien ce qu’il pourrait revendiquer d’autre. L’idéal aurait été des les éloigner du village pour les affronter, mais avait.il plus de chance en terrain découvert ? Probablement pas, peut-être même avait-il moins de chance encore.

« Je me perds en conjecture…Mes pensées s’emmêlent. L’absence d’un Kazekage en ces heures si critique va nous faire mal, très mal. Et j’espère de tout cœur que sa disparition n’a rien avoir avec l’Akatsuki et que mes soupçon la concernant sont infondé. Nous aurions bien besoin d’elle maintenant. En l’état actuel des choses je doute que nous puissions les repousser. Il serait imprudent de lancer une attaque désordonnée sur des Shinobis aussi puissant en outre, mais quel solution adopter ? Dans tous les cas je propose que pour l’instant nous nous rendions sur place, en retrait si possible, pour voir véritablement de quoi il retourne. De moins c’est ce que je compte bien faire. Et je ne doute pas que vous aussi…Auparavant il faut cependant que je passe chez moi, peut-être mon père acceptera-t-il de nous aider et quoi qu’il en soit je dois récupérer une prothèse de secours. J’en ai toujours une en réserve. Plus petite et démontable facilement en pièce détachée pour pouvoir l’emmener en mission. Je ne peux risquer un affrontement sans mes deux bras. Elle est moins confortable et efficace, mais je m’en contenterai. En route donc ! Je vous rejoints à la porte ? Surtout ne vous montré pas ! Ou pas trop vite et attendez moi…On ne sera pas trop de trois, quel que soit les décisions que vous serez succeptible de prendre entre temps… »

Son ton était plus autoritaire qu’il ne le voulait, mais il envisageait la situation comme un chef d’équipe, défaut de formation qu’il tentait d’atténuer comme il le pouvait. Il savait cependant que Minomura au moins comprendrait que sa volonté n’était pas de donner des ordres mais plutôt des recommandation ou des conseille, qui s’il était bien jeune, avait beaucoup de valeur au vu des heures innombrable de terrain qu’il avait à son actif, invraisemblable ou presque pour un jeune homme de son âge.

« Bien j’y vais, à tout à l’heure et espérons que le village entier à fais les même constats que nous…D’ici là notre subterfuge est toujours en place, évitons de le dévoiler trop vite. Aufaite n’auriez-vous pas un masque pour Yugito-san, histoire qu’elle ne se fasse pas repérer trop vite près de la porte… »

Sur quoi il se mit en route, sortant par une entrée de service et non par le porte principale, escorté jusqu’à l’extérieur par un serviteur des lieux. A pas de course mais sans se faire repérer il parcouru en peu de temps la distance qui le séparait de sa propre demeure et se retrouva rapidement devant la porte de l’immense appartement de sa famille à laquelle il toqua, émettant des son irrégulier caractéristique d’un code vieux d’une dizaine d’année et qui permettait d’identifier les membres du clan sans risques. Croire que l’appartement était démuni de défense et que tous pouvait y pénétrer aisément était en soit ridicule. Sa mère lui ouvrit heureuse de l’accueillir et de la savoir en vie, mais anxieuse face à l’absence de son bras et sa mine fatiguée. Brièvement il expliqua la situation en présence de son père qui hocha la tête gravement et lui dis qu’il verrait en temps voulu ce qu’il pourrait faire. Il ne pouvait compromettre le clan dans des entreprises trop personnel et des prises de position trop intempestive, mais en l’absence de Kage et face à une telle menace il devrait sûrement intervenir sans quoi on leur reprocherait leur inaction. Mais il ne fallait pas attendre des Ishimaru une intervention spectaculaire.

Après quoi il fixa sa prothèse de remplacement, plus fine, moins ouvragée et assez rustique, mais capable de véhiculer le chakra selon la même astuce que l’autre. Le véritable inconvénient est qu’elle était bien moins solide, c’était un instrument d’urgence et comme tous les instrument d’urgence, on espérait toujours qu’ils ne viennent jamais à servir, il recouvrît le tous d’une manche en tissu noir, comme celle qu’il portait toujours habituellement. Saluant son père et sa mère, il repris ensuite le chemin de la porte du village à laquelle il arrive rapidement et restant à distance derrière un tas de décombre suffisamment bien placé pour observer la scène, tenta de repérer ses deux compagnons. Il n’avait pas entendu les revendications des ninjas ennemis qui venait vraisemblablement d’arriver et qui avait dans un fracas monumentale qu’il avait saisi sur la route, détruit une autre partie de la muraille. Sans doute pour appuyer de quelconques mais bien lourde menace sur le village. Sans se découvrir il décida de d’abord retrouver ses compagnons, il lui fallu une dizaine de seconde avant de les repérer, de son point de vu, lui qui était en retrait, il était finalement assez visible, mais de celui de l’ennemi, il était extrêmement difficile de les repérer. Discrètement et y employant tous son talent, il se glissa silencieusement près d’eux et pris acte des revendications de leur adversaires.

C’était donc bien ce qu’ils avaient soupçonné, il convoitait Nii Yugito pour le démon qu’elle portait mais aussi le Jinchuuriki de Suna…

« Qu’en pensez-vous ? Il est peut-être un peu tôt pour répondre cela dis, mais je ne suis pas sûre qu’il attendrons que le conseille ce soit décider…Pourquoi ne pas profiter de la nouvelle notoriété qui a été accordée à Tora et répondre…Ou au moins les faire patienter. Le temps que vous trouviez une idée qui nous permettrait de nous sortir de ce guêpier…Quoi qu’il en soit l est hors de question que je vous livre Yugito-sans et je ne crois pas que Minomura-sans en aie lui aussi la plus petite envie. Aussi réfléchissez, pendant que je leur parles, à une solution…Ne vous montrez pas avant d’avoir pris une décision. »

Prenant soin de sortir d’une autre cachette en se déplaçant tel un fantôme de l’un à l’autre, pour ne pas faire repérer ses compagnons. Il inspira une ou deux fois, avant de se redresser et d’avancer au milieu des décombre et face au six ninjas. Sur son passage, plusieurs personnes, shinobis ou villageois un peu trop curieux qu’on avait pas encore évacué, murmurèrent quelques commentaires sur son masques, qu’il portait de nouveau. Certain semblait directement l’identifier suite au rumeur, d’autre se demandait s’il pouvait bien s’agir de lui. Il profitait des légendes et rumeur pour ne pas se heurter à l’hostilité d’autrui lorsqu’il parlerait pour tous. Jusqu’à un certain point il pourrait le faire sans trop de crainte. Dans certain regard il lui semblait lire une certaine déférence mêlée de respect et sur certain visage ce même respect mais mêlé de crainte. Arrivé non loin des membres de l’Akatsuki, il les observa un par un, certain lui évoquait bien quelqu’un mais il ne parvenait pas à retomber sur le nom de chacun de ceux à qui il faisait face. Enfin il se décida à parler, bien conscient du risque qu’il prenait, il n’avait aucun droit de parole en vérité, si ce n’est du faite qu’il était le Shinobis le plus gradé de l’assemblé (avec Minomura).

« Eh bien, voilà une manière bien grossière de se présenter à la porte d’un village dont vous loué la propension à avoir user de vos service. Ce n’est pas vraiment ce que j’appellerai de la reconnaissance. D’autre part, il est inutile de s’en prendre à notre pauvre muraille branlante…De même qu’une démonstration de l’étendue de vos capacités n’a pas plus de sens. Votre réputation nous suffit pour savoir que vous ne plaisantez jamais et que votre potentiel est énorme. Comme vous l’avez si justement remarqué, Suna a employé vos services autrefois et chacune de nos rencontres et des informations qui en on résulté on été soigneusement classifié. Quand à vos exigences…Elle me semble bien lourde, que comptez-vous faire avec deux Jinchuuriki…Celui de Kumo passe encore mais le nôtre, ça devient beaucoup en une seule fois. »

Il laissa le silence imprégné ses mots et leur donner consistance. Il avançait calmement ses pions et mettait soigneusement en place son discours, pas question de brusquer les choses. L’assurance dont ils faisaient preuve le rendait malade et l’idée même d’accéder à leur requête était synonyme d’une soumission inavoué du village à leur influence et leur autorité grandissante. L’Akatsuki faisait peur, mais ce n’était pas une raison pour lui céder, surtout pas quand il ne garantissait en rien l’avenir du village lui-même mais prétendait daigner lui en laisser un. L’espace d’un instant la pensée qu’il savait que la Kazekage avait disparue traversa son esprit, auquel cas il voudrait profiter du manque d’autorité régnant sur le village pour tenter d’obtenir rapidement ce qu’il désirait. Il ne fallait pas les laisser croire que ce terrain leur serait favorable…

« Vous auriez pu au moins faire preuve d’un peu de politesse et vous présentez, avant toute autre entrée en matière. Oh et…Je crois que vous sous-estimez trop les Shinobis de Suna. C’est une mauvaise idée vous savez. Quoi qu’il en soit c’est à la Kage qu’il appartient de répondre à votre demande, dès lors je vous propose de l’attendre…Moi je ne suis que Tora… »


Spoiler:
 


Dernière édition par Ishimaru Shenlong le Mer 4 Nov - 3:33, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minomura Shigeru
Anbu - Modo Pervers
avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 23
Rang : ANBU
Date d'inscription : 16/07/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang A
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Kekkai Genkai

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 2 : La marche du désespoir (partie 1)   Mar 3 Nov - 21:45

Assis à genoux dans une salle du temple, son katana Akanagareboshi posé sur lui, Shigeru méditait. Une aura de chakra vert émeraude les entourait parfaitement. Au centre du mur face à lui, il y avait une statue représentant un aigle blanc, aux yeux d’émeraude, les ailes déployées. Il s’en dégageait une puissance immense mais néanmoins bienveillante. Ce qui n’était pas dit, c’était que la statue du second Dieu Faucon, le néfaste de la légende, était dans la salle juste derrière, qui n’était guère fréquentée.

Ils étaient tous réunis dans le salon, à visage découvert, lorsque l’Akatsuki se montra. Il avait souri lorsqu’il avait vu le vrai visage de Tora. L’homme était jeune mais était un très bon élément. De plus, il était un Ishimaru.
Il l’écouta attentivement, et acquiesça silencieusement. Bien sûr qu’ils ne céderaient pas Nii. Mais comme il disait, leurs chances de vaincre étaient faibles, surtout avec des compétences réduites. L’ANBU leur donna des conseils et avait pris la figure et l’envergure d’un chef d’équipe. Lorsque le jeune homme partit, il prit la direction des la salle où était conservé son équipement. Les murs étaient couverts d’armes en tout genre. Il s’approcha de l’armoire et enfila, sans se presser, la tenue de combat de son clan. Elle était noire et or, le symbole clanique lui, était placé dans le dos et au niveau du cœur ; de plus, elle était étudiée pour être discrète malgré la couleur or. Il mit une cagoule, à laquelle il noua son bandeau, et posa son masque sur son visage.
Il prit Akanagareboshi, et avec un autre katana de la même taille, les fixa dans son dos. Il accrocha aussi un grand katana à sa hanche gauche, et deux moyens à sa droite. Enfin, il accrocha trois petits katanas dans le bas de son dos. Il camoufla des couteaux et des armes de ce type dans les multiples recoins de son kimono, et accrocha deux sacoches contenant des poisons et autres drogues. Il mit des gants, et fixa des protections légères en métal sur ses épaules et ses tibias. Il remonta dans le salon, et donna un kimono noir et un masque. Il sortit de la pièce, le temps que la jeune femme se change, et lorsque ce fut fait, ils partirent vers le lieu du prochain combat.

Le désordre régnait. Les civils couraient se mettre à l’abri, mais les forces du village étaient assez désorganisées, conséquence de l’absence du Kazekage. Des officiers généraux avaient bien sûr tenté de s’occuper de l’organisation militaire, mais chacun n’en faisait qu’à sa tête. Quant au rapatriement d’urgence des forces du village, seuls certains de la frontière Est avaient répondu présent, mais on était sans nouvelle de ceux de l’Ouest et du Sud, et encore moins de ceux qui s’occupaient de la frontière Nord. Le SRK et les dirigeants de l’ANBU craignaient une désertion massive, en même temps qu’une tentative des opposants de renverser le pouvoir en place. L’état d’alerte risquait d’être déclenché si le Kazekage ne revenait pas. En tant normal, cette absence n’aurait pas provoqué une telle désorganisation, mais avec l’Akatsuki à la porte du village…

Ils trouvèrent une planque dans les décombres. Grâce à son Hayabusa no mimi no jutsu, il avait pu entendre leurs réclamations avant d’arriver sur les lieux.
Beaucoup de civils étaient près des ruines de la muraille, ainsi que plusieurs ninjas. Mais ils étaient les seuls dans leur coin. Quelques temps plus tard, ils furent rejoints par Tora, qui leur demanda ce que voulait l’ennemi.



« Comme d’habitude avec cette bande de percés, ils nous demandent Gaara et notre belle amie à côté de nous. Et la menace est l’annihilation du village. En bref, quelque chose d’assez classique. Mais nous trois et le peu de Jounins restants auront du mal à les contrer. Mais c’est faisable en jouant finement, et en espérant que Konoha réponde à temps. »

« Qu’en pensez-vous ? Il est peut-être un peu tôt pour répondre cela dis, mais je ne suis pas sûre qu’il attendrons que le conseille ce soit décider…Pourquoi ne pas profiter de la nouvelle notoriété qui a été accordée à Tora et répondre…Ou au moins les faire patienter. Le temps que vous trouviez une idée qui nous permettrait de nous sortir de ce guêpier…Quoi qu’il en soit l est hors de question que je vous livre Yugito-sans et je ne crois pas que Minomura-sans en aie lui aussi la plus petite envie. Aussi réfléchissez, pendant que je leur parles, à une solution…Ne vous montrez pas avant d’avoir pris une décision. »



Shigeru acquiesça, et le ninja repartit. Son plan de se mettre en valeur pouvait marcher, mais les conséquences pouvaient être importantes. Cependant, « l’usurpation de pouvoir » pouvait sans doute être permise dans ces cas-là.


« Eh bien, voilà une manière bien grossière de se présenter à la porte d’un village dont vous loué la propension à avoir user de vos service. Ce n’est pas vraiment ce que j’appellerai de la reconnaissance. D’autre part, il est inutile de s’en prendre à notre pauvre muraille branlante…De même qu’une démonstration de l’étendue de vos capacités n’a pas plus de sens. Votre réputation nous suffit pour savoir que vous ne plaisantez jamais et que votre potentiel est énorme. Comme vous l’avez si justement remarqué, Suna a employé vos services autrefois et chacune de nos rencontre et des informations qui en on résulté on été soigneusement classifié. Quand à vos exigences…Elle me semble bien lourde, que comptez-vous faire avec deux Jinchuuriki…Celui de Kumo passe encore mais le nôtre, ça devient beaucoup en une seule fois. »


Le silence dura un instant et l’ANBU reprit :


« Vous auriez pu au moins faire preuve d’un peu de politesse et vous présentez, avant toute autre entrée en matière. Oh et…Je crois que vous sous-estimez trop les Shinobis de Suna. C’est une mauvaise idée vous savez. Quoi qu’il en soit c’est à la Kage qu’il appartient de répondre à votre demande, dès lors je vous propose de l’attendre…Moi je ne suis que Tora… »


Shigeru ne put s’empêcher une pensée ironique concernant leur dirigeante. Mais qui sait, peut-être arriverait-elle au dernier moment… Mais de quel côté ?
Grâce à l’intervention de son ami, Nii et lui disposaient d’un peu de temps supplémentaire pour mettre au point un plan d’urgence.



« Tu as une idée, Yugito-san ? »

_________________
Thème musical de Shigeru (Edenbridge - Cheyenne spirit]

Un jour, je devrai partir. Abandonner mon clan, mon village, mon honneur, ma conscience.

Ma fiche technique, tel le Titanic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Temari
Jounin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 44
Age : 28
Rang : Jounin
Date d'inscription : 30/10/2008

Feuille de personnage
Rang: Rang A
Affinité n°1: Futon
Spécialité n°1: Ninjutsu

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 2 : La marche du désespoir (partie 1)   Mer 4 Nov - 1:30



A cause de l’attaque de Nibi sur le village et aussi un peu à cause du fait que je sois restée endormie sur le bureau, j’ai eu droit à un beau savon de notre Kazekage ! Mais bon, j’ai passé mon temps à l’hôpital à soigner des blessés ou sur les remparts de Suna à patrouiller. J’estime donc m’être faite pardonnée pour cette fois là. Et puis, à bien y réfléchir, j’aurai pu être un fardeau pour mes coéquipiers contre un ennemi de cet envergure. J’ai été entrainée pour me battre contre des Shinobis, pas des bêtes mutantes surpuissantes…

Lorsque que l’Akatsuki débarqua, je n’en étais pas particulièrement surprise, tout le monde en parlait. J’avais commencé à échafauder une pléthore de plans qui certains ne manquait pas d’originalité… Au final, j’ai oublié la moitié de ce que je voulais faire. Il y avait beaucoup trop d’inconnues, comme le nombre d’attaquants et leurs techniques. L’Akatsuki est vraiment un groupe terrifiant ! Etre préparé à tout, c’est plus facile à dire qu’à faire. Pour en revenir aux ennemis, il n’était apparemment « que » six. Malheureusement, c’était encore beaucoup trop pour nos effectifs. Tora, son compagnon d’armes dont je n’arrive pas à retomber sur le nom et moi, pouvons peut-être nous occuper individuellement d’un des hommes mais pour les trois restants, c’est du suicide de laisser nos ninjas s’en occuper, ils vont se faire pulvériser. De plus, je n’étais même pas sûr que ces deux ninjas puissent se battre. Alors que pouvions-nous faire ? J’étais tellement anxieuse que je me suis rongée l’ongle du pouce jusqu’au sang…

L’Akatsuki prenait son temps pour se déplacer et arriver devant le village. Il était évident qu’ils voulaient jouer avec nos nerfs. De par l’incident qui s’était produit avec Nibi où certains ninjas ouvrirent le feu sans raison, personne n’osait ne fusse que tenir en joue nos ennemis. Cela dit, il n’était pas bon de révéler nos armes si tôt dans l’affrontement. Ils se mordront les doigts de nous avoir laissé autant de temps. Pour faire simple, grâce à d’excellents manieurs du Doton, nous nous sommes fabriqués une passerelle juste derrière les créneaux des remparts. Sur celle-ci, nous avons disposé une dizaine de balistes prêtes à l’emploi qui sauront ravir nos opposants, j’en suis certaine.
    « Plongez les pointes des pieux dans le goudron et vérifiez les mécanismes pendant que nous avons encore le temps ! La bataille est proche ! »

Sur ces mots, je me suis avancée vers le devant de la muraille pour ne pas perdre une miette des revendications de nos assaillants. Une personne se démarquait du groupe, peut-être était-ce le chef ? En tout cas, ils se ressemblent tous. Je pensais que l’Akatsuki rassemblait des gens de tous les horizons, or, avec tous leurs piercings sur leur visage, on aurait dit une bande de sextuplé. Le porte-parole commença par dire que Suna avait utilisé les services de l’Akatsuki. J’ai tressaillit. Qu’est-ce que c’était que ça ? Comment pouvait-il se permettre de nous dire en face une pareille absurdité. J’ai senti la colère monter en moi, j’avais l’impression certainement fausse de pouvoir tous les vaincre en même temps. Cependant, je ne pouvais pas succomber à mes propres sentiments, la moindre erreur serait synonyme de ma mort et surtout celle de plusieurs autres innocents. Avec un air tout a fait détaché, le présumé chef demanda qu’on lui livre Gaara et Yugito. Et comme si la muraille n’était pas déjà en assez mauvais état, il en balaya une partie qui avait réussie à rester indemne. J’enrageai tellement face à ces destructions gratuites et inutiles que je me suis mordue la lèvre inférieur pour m’empêcher d’agir impulsivement.

Tora semblait garder un sang froid à toute épreuve et se lança même dans des négociations. Il fit remarquer très justement que cela ne servait à rien de détruire la muraille encore plus que ce qu’elle ne l’était déjà. A moins que cette attaque soit un leurre et en cachait une autre ? Mes yeux se mirent à chercher partout un indice mais je n’ai rien trouvé de concluant. Il faut dire que si cela se passait pendant que nous regardions tous les remparts tomber en morceaux… Ce qui me gênait le plus dans le discours de Tora c’est qu’il « admit » que Suna avait fait appel à l’Akatsuki. Il n’allait quand même pas s’y mettre lui aussi ? De quoi était-il au courant pour dire cela aussi platement ? Il demanda ensuite ce que l’Akatsuki comptait faire avec les deux Jinchuriki. Une chose était sûre, il y avait peu de chance qu’ils les gardent en vie après ce qu’ils comptent leur faire, ils ne garderaient pas des témoins de leurs méfaits. L’Anbu au masque de tigre demanda ensuite qu’il ou qu’ils se présentent, c’était difficile à dire mais si on devait se farcir le prénom de chacun, on allait se croire à une réunion des alcooliques anonymes… Les préparatifs étaient prêts, il était temps pour moi que j’entre en scène, je n’en pouvais plus. J’ai sauté de mon mur tout en ouvrant mon éventail. Grâce à lui, j’ai pu amortir ma chute et par la même occasion me ménager une entrée spectaculaire. J’ai ensuite levé les yeux sur l’Akatsuki puis je les ai posés sur Tora. Un regard dur et provocant à la limite de l’agressivité.
    « Comment osez-vous ? Comment osez-vous dire que Suna a fait appel à des criminels de la pire espèce tels que les membres de l’Akasuki ? Suna est fort et n’a pas besoin de vous ! Ce village s’est levé au milieu du désert et a toujours réussi à tenir tête aux plus puissantes nations !
    Akatsuki ! Vous espérez sans doute que nous vous laisserons embarquer l’un de nos frères pour lui faire subir je ne sais quoi ? Et tout cela sans nous battre ?! Vous me faites rire. Aucun ninja de Suna ne vous laissera faire ça ! BALISTES ! »

Le dernier mot avait été crié avec toutes mes tripes. Un écho se répercuta et précéda un silence de quelques secondes qui paru interminable. S’en suivit le vacarme des roues bois sur la pierre qui annonçait l’arrivée implacable des scorpions. Chacun prit place devant l’un des créneaux de la muraille dont seules les pointes enflammées dépassaient. Cela dit, si l’ennemi arrivait à détruire le mur aussi facilement que l’autre, tout ça n’aurait servit à rien. Nous ne sommes qu’une poignée de fourmis face à six mantes religieuses. Je ne sais pas encore comment mais j’arrêterai son Banshou Tenin. Je ferrais barrière de mon corps s’il le faut.

    « C’est à notre tour de montrer que nous sommes sérieux ! Partez d’ici tant qu’il en est encore temps ! »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nii Yugito
Nibi - PNJ
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12
Rang : Voyageuse
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 2 : La marche du désespoir (partie 1)   Mer 4 Nov - 23:00

Spoiler:
 

    Depuis qu’elle avait quitté sa cellule, Yugito avait suivi ses protecteurs où qu’ils aillent. Elle put d’ailleurs voir à nouveau le visage de chacun d’eux. Informations qu’elle garderait pour elle bien sûr. Elle n’allait quand même pas trahir les personnes qui lui avaient confiance et qui lui avait permises de survivre dans les meilleures conditions. Quand l’Akatsuki arriva deux jours plus tard, elle ne savait pas quoi faire. Se rendre aurait été la meilleure solution mais elle savait qu’un autre Jinchuriki habitait à Suna. Comptaient-ils leur livrer si l’Akatsuki leur demandait ? Une simple question pourtant cruciale. Elle était en pleine réflexion lorsqu’Ishimaru lui demanda son avis.

    « Et bien au vu du nombre il est fort peu probable que nous sortions vainqueur d’un affrontement mes amis…Cependant et ce même si le village en décide autrement, je ne pense pas que nous devions céder un Jinchuuriki à ces hommes. C’est ce qu’il semble être venu chercher je me trompe Yugito-san ? Je suis donc tout à fais près à me battre même si je ne jouis plus du service que de l’un de mes bras…Il devrait suffire pour faire bonne figure. Espérons que le village ne se laissera pas faire. Même si je doute que le conseille verra la chose sous un même angle. Par contre peut-être vont-ils aussi réclamer le Jinchuuriki de Suna, auquel cas nous avons peut-être une chance car leur requête deviendrait lourde de conséquence. De toute façon je ne crois pas que nous laisserons Yugito-san dans une si mauvaise posture ! Si ? »
    « Je me rends bien compte que je suis la cause de ces malheurs mais je ne suis ni téméraire ni suicidaire. Je prendrais volontiers les armes pour me battre à vos côtés et si j’en ai la possibilité, j’essayerai de m’enfuir en les attirant hors d’ici. »

    On lui trouva un masque et elle se rendit avec Minomura sur place pour accueillir l’organisation criminelle. Quant à Shenlong, il rentra d’abord chez lui chercher une prothèse avant de les rejoindre sur les lieux. Ils étaient arrivés à temps pour entendre ce que voulait l’Akatsuki. Lorsqu’elle entendit qu’il ne venait pas que pour elle, la jeune femme fut soulagée. Pas parce qu’elle y voyait une échappatoire mais elle se sentait moins coupables et elle savait que Suna ne l’abandonnerait pas. Cela dit, personne ne croyait en leur victoire et le village était divisé. Ca n’annonçait vraiment rien de bon. Il leur restait l’espoir d’un miracle ou peut-être l’intervention des dieux ? Une petite tempête de sables ce serait bien, ou bien la foudre qui commence à tomber pile où ils se trouvent. Il fallait arrêter de rêver, l’affrontement était inévitable et tout le monde le savait. Même les civils qui s’étaient risqués à l’entrée du village semblaient remarquer qu’une grande bataille était sur le point de commencer et le pire de tout c’est que Suna risquait de perdre…

    Avec autorité et son charisme naturel, Ishimaru demanda à Minomura et Nii de rester en retrait jusqu’à ce qu’il décide du contraire. Il voulait gagner du temps. La kunoïchi ne savait pas pourquoi ils voulaient gagner du temps. N’est-ce pas reculer pour mieux sauter ? Si cela n’avait tenu qu’à elle, elle aurait déjà rejoint le front pour échanger quelques coups de lames avec les assaillants. Cependant, elle savait elle-même ne pas être encore un grand stratège. C’est une chose qui s’acquière avec l’expérience ou en tout cas, c’est ce qu’elle veut croire. Il faut dire que lorsqu’on a la « chance » de naitre avec un Biju dans le corps et d’avoir des réserves de chakra presque inépuisables, on va se focaliser sur autre cause que la technique théorique. Enfin, c’est l’avis du modeste narrateur que je suis.

    Tora essaya donc de temporiser auprès des inflexibles membres de l’Akasuki. Ca aurait pu sans doute marcher si une hystérique blonde avait laissé le temps aux Pain de répondre…
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Uchiha Madara
Fondateur de l'Akatsuki
avatar

Masculin
Nombre de messages : 10
Age : 28
Date d'inscription : 02/06/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Dôjutsu

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 2 : La marche du désespoir (partie 1)   Ven 6 Nov - 12:48

    Visage masqué…

    Cela faisait maintenant deux heure que Tobi s’était perdu dans l’immensité désertique aux alentours du village du sable. Réussissant à perdre de vue les Peins se dirigeant vers le village caché du sable, il avait erré durant plus de deux heures, tournant en rond sous la chaleur de plomb d’un soleil au zénith.

    * Kyaaahhh, j’vous parle pas d’un meneur ! J’suis arrivé à perdre ce rouquin alors qu’il était devant moi… Je me fais vieux… C’est vrai que cent-cinquante ans, c’est pas rien. *

    Il tournait au hasard dans le désert, lorsqu’il l’aperçut… Cité fortifié des ninjas du pays du vent. Une magnifique cité entourée de ses murs épais, que seul un fou s’aventurerai à attaquer. Un fou… Voilà bien un mot qui lui correspondait. Pourtant, en son fort intérieur, il savait que c’était le seul moyen de parvenir à ses fins. Les réceptacles étaient pour lui le gage de récupérer son ancienne force, voir même de la portée à son apogée. Celle de maintenant lui permettait à peine de combattre une cinquantaine de shinobis… Qu’aurait dit Hashirama en le voyant ? Le shodaime se serait moqué de lui, le rabaissant une nouvelle fois, comme il avait l’habitude de le faire. Mais maintenant, ce pleutre, ce traitre était bel et bien mort, et lui, Madara Uchiha vivait, et son plan avançait mieux que prévu. Avoir recruté « Pein » dans son équipe était en quelque sorte s’assurer la victoire aux côtés d’un immortel. Il l’impressionnait. Cet homme, si puissant lui faisait penser à sa jeunesse.

    Tobi s’approcha subrepticement de l’endroit où se tenait Tendou.

    « Peuple de Suna ! Par respect pour votre intelligence, nous avons décidé de ne pas détruire votre village. Vos chefs ayant déjà fait appel à nos services par le passé, vous êtes pour nous une source de revenus non négligeable. Cela dit, vous possédez des choses que nous voulons. Remettez nous Sabaku no Gaara ainsi que Nii Yugito et il ne vous sera fait aucun mal ! Si vous refusez, nous serrons dans l’obligation d’annihiler le village de Suna avec tous ses habitants. Pour vous montrer que nous sommes sérieux, voici un petit aperçu de notre force… Banshou Tenin ! »

    * Ben dis donc, il y va derechef… *

    L’attaque de Pein éventra une grosse partie de la muraille, éventrant la cité. La réaction des ninjas de Suna ne se fit pas attendre, et déjà une jeune Kunoichi que Tobi identifia comme la sœur d’un des Jinchurikis riposta, envoyant une volée de flèches enflammées à l’aide de balises. Ce fut alors Madara qui prit le dessus. Il activa son sharingan en dedans son masque, et lança à la volée :

    « Amaterasu »

    L’attaque ne se fit guère attendre et les flèches furent réduite en cendre avant même d’atteindre leur cible. Elle se propagea ensuite à la muraille, fondant dans la fournaise des flammes noires et élargissant la brèche.

    « Peuple sunite, je me nomme Tobi, et je vous invite à accéder à la demande de mon compagnon afin que nous n’aillons pas à réduire votre belle cité à feu et à sang. Vous venez d’avoir une démonstration de l’étendue des pouvoirs du dieu Pein, ne l’énervez pas, rendez vous, et donnez nous vos Bijuus. Je ne souhaite qu’un monde de paix, et pour cela, j’ai besoin d’eux. »

    Il vint alors se poster aux côtés de Tendou, attendant patiemment la réponse des Sunites. Il espérait que la fuite du Kazekage dont il avait eu vent lui servirait, sachant pertinemment que si le conseil devait prendre une décision, il ne prendrait certainement pas le risque d’exposer le village maintenant que leur muraille était tombée, espérant qu’en livrant les Bijuus, leur village serait sauvé. C’était bien là leur erreur. La paix passait par leur anéantissement. Ces ninjas de suna et surtout ces rats de Konoha allaient périr dans son brasier afin que perdure la paix.

_________________

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Pein
Meneur Officiel d'Akatuki - PNJ
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12
Date d'inscription : 24/05/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1:
Spécialité n°1:

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 2 : La marche du désespoir (partie 1)   Dim 8 Nov - 11:50

Spoiler:
 

Musique d'ambiance : BO Under the stars light

_________________________

Lui et ses cinq corps virent arriver plusieurs shinobis de Suna. Des civils étaient étendus sur le bas-côté de l’avenue à laquelle ils faisaient face. Soudain, l’un d’eux, un ANBU visiblement plus important que les autres pour s’avancer vers eux, remonta l’avenue et se plaça à une distance raisonnable. L’homme au masque de tigre les observa chacun à leur tour, puis décida de prendre la parole. Il leur fit la « morale », disant qu’il n’était guère nécessaire de détruire la muraille pour se présenter, surtout si le village les avait payé pour des services. Néanmoins, l’ANBU ne voulait pas leur céder les Jinchuuriki.


« Vous auriez pu au moins faire preuve d’un peu de politesse et vous présentez, avant toute autre entrée en matière. Oh et…Je crois que vous sous-estimez trop les Shinobis de Suna. C’est une mauvaise idée vous savez. Quoi qu’il en soit c’est à la Kage qu’il appartient de répondre à votre demande, dès lors je vous propose de l’attendre…Moi je ne suis que Tora… »


Tendô allait répondre lorsqu’une furie blonde fit son entrée en scène sur un éventail. Elle houspilla l’Akatsuki et Tora du regard et s’insurgea qu’ils osent prétendre que le village sunnite avait loué leurs services. Selon elle, ce village était fort et fier. Néanmoins, elle eut à peine fini sa diatribe qu’elle hurla le mot « Balistes », et aussitôt, des projectiles enflammés volèrent vers eux. Ce fut le moment que choisit Tobi pour se dévoiler et utiliser son Amaterasu. Les flammes noires dévorèrent les projectiles et disparurent entièrement.


« Peuple sunite, je me nomme Tobi, et je vous invite à accéder à la demande de mon compagnon afin que nous n’aillons pas à réduire votre belle cité à feu et à sang. Vous venez d’avoir une démonstration de l’étendue des pouvoirs du dieu Pein, ne l’énervez pas, rendez vous, et donnez nous vos Bijuus. Je ne souhaite qu’un monde de paix, et pour cela, j’ai besoin d’eux. »

« Visiblement, vous n’avez pas accès à ces informations classées au plus haut niveau, malgré votre lien de parenté avec feu le Yondaime Kazekage. Mais vous surestimez l’honneur des dirigeants de votre village. Tous ces vieillards aux postes de conseiller, et même les Kazekage n’hésitèrent pas à nous appeler pour nos services. De plus, comme vous le voyez, ce n’est pas vos vulgaires balistes qui nous arrêteront. Le pouvoir de l’Akatsuki est sans limite.
Quant à vous Tora, vous nous proposez d’attendre la Kazekage, mais une question me taraude. Nous sommes dangereux, par conséquent, elle devrait être la première sur les lieux, or, que vois-je ? Un malheureux ANBU, des ninjas désoeuvrés, et une gradée ne sachant pas de quoi elle parle et très prompte à la colère. Alors, cela ne prouve-t-il pas la corruption chez votre dirigeante ? Ah ! Et une dernière chose, je n’aime pas attendre, et encore moins sous une pluie de cailloux de feu. Banshou Tenin. »



Le jutsu percuta de plein fouet les trois quart des balistes volontairement, emportant les ninjas qui ne s’étaient pas écartés à temps.


« Maintenant, remettez-nous les démons, et vous aurez la vie sauve. Je vous donne cinq minutes pour accéder à notre demande. »


On entendait dans le désert l’écho de la destruction des machines de guerre. Un vent chaud se levait, et des tourbillons de sable se faisaient voir. Il régnait un silence de mort. Personne ne parlait dans l’immédiat. Pein regardait Tora dans les yeux et le détailla du regard. Il remarqua que son bras gauche était en fait une prothèse de bois. Néanmoins, le jeune homme respirait une grande force. Si combat il y avait, il serait amusé de le battre. C’était autre chose que tous ces ninjas qui les regardaient, essayant vainement de montrer une grande assurance. Comment ne pas sous-estimer cette vermine ? Si encore il y avait quelque chose à sous-estimer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ryo no Hebi
Hokage - Admin Associal
avatar

Masculin
Nombre de messages : 213
Age : 28
Rang : Rokudaime
Date d'inscription : 27/10/2008

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1: Suiton
Spécialité n°1: Taijutsu

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 2 : La marche du désespoir (partie 1)   Dim 8 Nov - 17:16

La petite vingtaine de shinobis de Konoha avait fait preuve d’une grande opiniâtreté. Le rythme de course était très soutenu et pas de tout repos dans une forêt comme celle qui entoure le village de la feuille. Ils n’ont pratiquement pas fait de pause et n’ont pratiquement pas dormi non plus. Seules une courte nuit de 3 heures et une pause d’environs 1 heure due à d’une tempête de sable, ont permis aux ninjas de recouvrer leurs réserves de chakra. Les plus expérimentés ne montraient pas le moindre signe de fatigue mais les plus jeunes semblaient prier pour de nouvelles pauses. La plupart ne savait pas ce qui les attendait, l’Hokage non plus d’ailleurs. S’il avait eut un peu de chance, ils auraient pu se reposer à Suna sur le temps que l’Akatsuki fasse son apparition. Ce qu’ils ne savaient pas encore, c’est que ces criminels étaient déjà devant Suna…



Après deux jours acharnés où nous avons pu repousser nos limites, nous avons finalement eu en vue le village du sable. Je n’ai pas eu besoin de me retourner pour voir l’horreur sur les visages de mon escouade. Le village avait l’air complètement détruit d’où nous arrivions. De plus, nous n’avons trouvé personne au poste frontière pour nous guider à travers le désert, c’est un peu à l’aveuglette que nous nous sommes lancé. J’avais tout de même la chance d’avoir une excellente mémoire. J’ai fait tout mon possible pour ne pas paraitre surprit en arrivant à la frontière. Je n’ai même pas décélérer comme si tout cela était normal. Cependant, mon état d’esprit était tout autre. Je craignais vraiment le pire. Alors quand j’ai aperçu cette muraille déglinguée…

« C’est la dernière ligne droite ! Il n’est peut-être pas encore trop tard pour sauver quelques habitants ! »

J’ai accéléré d’un coup, distançant tout le groupe de ninja. Je ne pouvais pas croire que tous nos efforts n’avaient servi à rien. Plus j’avançais plus je reprenais confiance. D’où nous étions, nous ne pouvions pas voir les petites silhouettes stationnées devant le village. Sept d’entre-elles portait des tenues noires. Si c’était bel et bien l’Akatsuki, nous pourrions remporter une grande victoire si nous nous arrivons à nous en débarrasser. D’après nos rapports, ils ne sont qu’une petite dizaine. Cela veut dire qu’il n’en resterait que trois à éliminer après ceux-là ? C’était vraiment trop beau pour être vrai.

Un « dialogue » semblait s’être installé. La bataille était vraiment proche à en juger par les actions de chacun. Il y a d’abord eut une salve de pieux lancée grâce à des balistes, suivi de un jutsu qui les réduisis en cendre grâce à des flammes noires et enfin un autre jutsu qui fit valdinguer les balistes dans les airs. Je reviens un instant sur ces fameuses flammes noires car j’en ai déjà entendu parler il s’agit d’un jutsu qui est né à Konoha justement et plus précisément dans la famille des Uchiha. Serait-ce ce traitre légendaire Hitachi Uchiha ?

Le remue-ménage mêlé à ma grande rapidité m’avait permis d’approcher facilement le groupe de criminels sans être vu. L’Akatsuki était encerclée. Devant eux se trouvait un groupe de shinobis à la volonté inébranlable et mût par leur désir de protéger les leurs. Derrière commençait à arriver un groupe impressionnant de ninja « frais et dispo », ou tout du moins, autant qu’on puisse l’être après avoir couru un long moment dans des conditions pas toujours optimales. Due au malaxage de mon chakra, une petite brise glacée se leva malgré moi. De toute façon, plusieurs ninjas de Suna avaient déjà regardé dans ma direction et trahit ma présence.

A en juger par leurs faciès, l’Akatsuki ne semblait pas vraiment apprécier l’apparition de Konoha dans cette petite réunion. C’est étrange, il n’avait d’ailleurs pas l’air de nous attendre. La seule explication était que nous ne venions pas pour la même raison. Nous avons été appelés car l’Akatsuki avait été aperçue à proximité des frontières du pays du vent. Ne comptaient-ils pas attaquer en faisait cela ? Alors pourquoi sont-ils là en ayant laissé le temps à Suna d’appeler à l’aide. Il venait donc pour quelque chose de précis et n’avait pas parié sur le zèle d’un des ninjas de Suna.

Déjà, les autres shinobis de Konoha me rejoignaient. Le rapport de force venait d’être renversé d’un coup. Nous avons un avantage numérique indéniable et même s’ils peuvent se targuer d’être tous des criminels de rang S, à trois voir quatre contre un, ils n’ont aucune chance. Un sourire narquois et supérieur naquit aux coins de mes lèvres à l’adresse du l’ennemi à la chevelure rousse qui s’était mit en avant. Il aurait été préférable dans l’intérêt de Suna de les laisser s’en aller s’ils le souhaitaient, ce qui n’était d’ailleurs pas gagné, mais je pensais à l’avenir du monde. J’ai monté cette équipe pour tous les exterminer, je pense que les sunites comprendront et joindront leurs forces aux nôtres.


« Ninjas de Konoha ! Nous allons en ce jour, porter un coup décisif à cette organisation qui menace l’équilibre mondial. Combattez avec toute votre force et tout votre cœur car nous ne devons pas laisser une cinquième guerre naitre à cause de ces criminels ! »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Enma Ai
Genin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 29
Age : 25
Date d'inscription : 11/08/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang B
Affinité n°1: Suiton
Spécialité n°1: Kekkai Genkai

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 2 : La marche du désespoir (partie 1)   Mer 11 Nov - 14:12

    Dans le souffle frais de la journée qui s'offrait à nous dans le doux silence de la dense forêt de Konoha, je bondissais d'arbre en arbre presque essoufflé par la course rythmé. Nous avancions tel des automates guidés par un homme qui a un désir immodéré de secourir Suna sacrifiant même le repos de ses compagnons d'arme. C'est grâce à la nature qui à déclencher une intempérie sablonneuse qui nous permit une halte de courtes durées. L'hokage submergé par son envie de renforcer le village du Sable n'avait pas pris la peine de faire attention à nous. Tel était son choix, son désir et c'était notre travail d'obéir à ses ordres. Éreintés nous redémarrâmes notre itinéraire qui ne cessait pas de s'agrandir et de nous atrophier à la vue de ces sempiternels dunes.
    J'ignore tout de ce qui m'attends derrière ces monticules de sable. Je désire simplement de pouvoir me reposer à l'aboutissement de ce voyage désagréable. Mais je ne sais pas ce que je vais découvrir. Les prémices d'un champ de bataille ? Je ne connais pas les réels danger d'une mission. Bien que je veuille expérimenté ce genre de situation, honnêtement l'incertitude de survivre s'immisce en moi déployant ses ailes ébènes me cachant ainsi le soleil de mon assurance...

    ~~


    « C’est la dernière ligne droite ! Il n’est peut-être pas encore trop tard pour sauver quelques habitants ! »

    Voilà donc des mots qui stimulent mon envie d'aider. Laissant alors Ryo-Sama nous devancer rapidement, j'avance accompagnée des ninjas de Konoha freinant le pas pour signaler que nous étions arrivés au point culminant de l'affaire. Il s'était instauré une discutions seulements compréhensible des shinobis de Suna avec des interlocuteurs ressemblant rapidement à ce qui représentent un danger. Toutefois, le "danger" n'était constitué que de deux personnes accoutraient d'une cape noirâtre orné de nuage couleur sang. D'ici je pouvais voir que l'un porté un étrange masque en forme de spirale et un autre qui dote d'une chevelure de feu. Voilà ce qui les caractérisaient. Il est évident que nous sommes en supériorité numérique, mais ça n'avait pas l'air d'inquiéter les deux protagoniste. A en juger par les armes à terre et qui n'avaient pas réussis à toucher l'une des deux personnes la "bataille" à commencer.

    « Let's go everybody »

    Il est trop tard pour faire marche arrière, j'ai foulé la terre sablonneuse de Suna et de ce regard hautain je scrutais les mouvements de mes ennemies.

    Du combat, seuls les lâches s'écartent.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 2 : La marche du désespoir (partie 1)   

Revenir en haut Aller en bas
 
EVENT 1, chapitre 2 : La marche du désespoir (partie 1)
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» [Saint-Exupéry, Antoine (de)] Vol de nuit
» Twilight chapitre 5 : Révélation 2ème partie
» VAMPIRE CITY (Tome 06) FIN DE PARTIE de Rachel Caine
» Bleach - Chapitre 313 BKT
» [FR] Triple Event Porygon du 19 juillet au 4 octobre 2012

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreams Of Shinobis :: Zone HRP :: Base de données :: Event 1-
Sauter vers: