Dreams Of Shinobis



 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.

Aller en bas 
AuteurMessage
Yamamoto Ayame
Kazekage - Admin Râleur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 94
Age : 29
Rang : Suna No Kuni
Date d'inscription : 26/10/2008

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Kekkai Genkai

MessageSujet: EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.   Mar 1 Sep - 0:59

Citation :
Toutes les forces disponibles sont mobilisées pour une réunion exceptionnelle dans le bureau du Kazekage.

(L'ordre pour poster n'importe pas. A vos claviers.)

_________________

Thème Musical d'Ayame - Hope Vol.2 - Apocalyptica

--ͼ Viens près de moi Invité, là, contre moi... Ͽ--
--ͼ Tu seras en sécurité...[size=16]Ͽ--[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamsofshinobis.0forum.biz
Minomura Shigeru
Anbu - Modo Pervers
avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 24
Rang : ANBU
Date d'inscription : 16/07/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang A
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Kekkai Genkai

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.   Mar 1 Sep - 18:19

Musique d'ambiance : Dolly Parton - Mountain Music

_______________________

Shigeru, tranquillement allongé dans son lit, essayait de savoir d’où venait ce mauvais pressentiment qui le taraudait depuis son réveil, une heure plus tôt. Il n’arrivait pas à mettre le doigt dessus, mais il sentait que cela était important. Il regarda sa montre : trois heures et vingt-cinq minutes, toujours aussi « lève-très-tôt » décidément ; et se leva.
Il tourna dans sa chambre avant de refaire son lit, et s’habilla. Il mit un kimono bleu azur avec des motifs argentés portant sur l’épaule gauche et dans son dos les armoiries du clan. Il attacha son katana Akanagareboshi dans son dos, en prit un autre qu’il fixa à sa hanche gauche, ainsi que l’assortiment de kunais et de couteaux qu’il dissimula un peu partout dans ses vêtements. Il se retint d’emporter sa trousse de drogue et de poisons. Il était dans le village après tout. « Et c’est pour ça que tu sors avec presque toutes tes armes », dit une voix dans sa tête à laquelle il ne prêta aucune attention.

Il quitta la propriété clanique peu après et déambula dans le village. Il aimait sortir tôt. C’était calme, et il y avait une légère brise de vent frais qui faisait beaucoup de bien. Il n’y avait vraiment personne, cela changeait de d’habitude. Les bains de foule et tout le reste. Le point négatif, c’est que les boulangeries étaient fermées. Peut-être devrait-il retourner chez lui et se cuisiner un petit quelque chose. Non, il risquait de réveiller des membres de son clan. C’était gênant. Mais devait-il se laisser mourir de faim ? Ah ! Cruel dilemme. Mieux valait penser au bien-être de la communauté. C’était ce qu’il disait toujours.
Vu que quand on dort, on oublie tous ses soucis, Shigeru décida d’aller se trouver un banc public pour aller dormir un peu.


____________________________


Des poules roses à dents et d’un caractère sanguinaire lui couraient après une nouvelle fois. Accompagné de son fidèle babouin et d’herbe à chats, il tentait de les repousser. Cela marchait, mais à peine avait-il le dos tourné qu’elle continuait de lui courir après et d’essayer de le manger.
Devant lui, il apercevait un beignet courir après une bouteille de saké. Cela lui paraissait normal. Bizarre. Le beignet sauta sur la bouteille qui se renversa, et créa un tsunami de saké. Shigeru sauta dedans. Combien de fois avait-il rêvé de nager dans ce divin nectar ? Bon ok, c’était la première fois, mais ce n’est pas une raison.


Trois jours plus tard

Assis sur un cheval vert à huit pattes, Shigeru ainsi que son armée sylvestre composée de 542 babouins avec plus de dix tonnes d’herbe à chats, contemplaient les ruines de Suna, défendue par les poules roses fluo sanguinaires.
Ils allaient les repousser cette fois-ci. Leur faire regretter de s’être révolté et d’avoir refusé leur sort naturelle, à savoir de finir dans des assiettes.
Il ordonna la charge, et tous fondirent en direction des ruines. Ils étaient largement en sous-effectif Mais ils se battirent avec bravoure. Le sang coulait, des corps tombaient, certains se relevaient et combattaient jusqu’à la toute fin.
Avec trois babouins, le Shinobi se dirigea vers la tour en ruine du Kazekage, la plus haute, et plantèrent le drapeau de Suna, mettant ainsi fin à la bataille.


_____________________________


Shigeru se réveilla. Il était maintenant sept heures pétantes et le village commençait à grouiller d’activités. Mais le rêve n’avait fait que renforcer son mauvais pressentiment. La dernière fois qu’il avait rêvé de poules roses sanguinaires, sa mission avec Temari n’avait pas si bien marché que ça.

Il quitta son banc, et se dirigea vers un bar qui venait d’ouvrir. Il y commanda du saké, ainsi que des gâteaux. Petit-déjeuner de célibataire heureux ; ou vorace, au choix.
Ceci dit, il fut rapidement interrompu par un messager qui, à en juger par son air, était pressé de délivrer son message. Il termina son verre et se tourna vers lui.



« Oui ? »

« Pardonnez-moi de vous déranger, mais Kazekage-sama mobilise toutes les forces disponibles dans le village pour une exceptionnelle réunion dans son bureau. »

« Ah… Merci… »



L’homme partit rapidement et le shinobi se tourna vers les restes de son petit-déjeuner. Même si cela lui fendait le cœur de l’abandonner ainsi, c’était quand même le Kazekage. Ceci dit, il ne se gênait pas d’habitude, c’est vrai.
Mais, prenant son courage à deux mains, et sa bouteille de saké par la même occasion, il se leva, donna de l’argent au serveur et s’en alla. Il partit dans une ruelle obscure où il sortit son masque, qu’il mit, avant de prendre la direction du centre du village où se trouvait la tour Kazekagoriale.

Il pénétra à l’intérieur. Des gardes le regardèrent mais ne vinrent pas vers lui à cause des directives reçues. Lui offrant ainsi une occasion d’assassiner un haut placé si l’envie lui prenait de le faire.
Il monta les escaliers rapidement et se retrouva devant la porte. Il frappa, mais ne percevant aucune réponse, il décida de rentrer quand même. Et tant pis pour les conséquences probables.



« Ôhayô Ay-chan, ça… Oooh, c'est vide. »


La dernière fois qu’il était venu dans ce bureau, c’était du temps du Yondaime. Que de souvenir, mais cela ne remontait pas à si longtemps si on regardait bien.
Il fit le tour du bureau et s’approcha de la bibliothèque. Repérant un livre, il le sortit, s’adossa contre un mur et commença à le lire. Il lâcha un vague « bonjour » à celui qui arriva après lui sans prendre la peine de regarder qui c’était, et replongea dans sa lecture.

_________________
Thème musical de Shigeru (Edenbridge - Cheyenne spirit]

Un jour, je devrai partir. Abandonner mon clan, mon village, mon honneur, ma conscience.

Ma fiche technique, tel le Titanic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Temari
Jounin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 44
Age : 28
Rang : Jounin
Date d'inscription : 30/10/2008

Feuille de personnage
Rang: Rang A
Affinité n°1: Futon
Spécialité n°1: Ninjutsu

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.   Mar 1 Sep - 21:11

Sur le moment, je pense que j’aurais bien tué ce messager. Le soleil venait à peine de commencer sa course dans le ciel qu’un homme tambourinait déjà à ma porte. Il criait aussi. Temari-san ! Temari-san ! J’avais envie de lui répondre de la fermer ou de dire que je n’étais pas là. Le problème c’est que ça n’aurait pas très bien marché, il aurait su que j’étais là forcément ! En entrouvrant les yeux, je me suis rendue qu’il n’était même pas encore sept heure ! J’ai encore au moins deux ou trois… ou quatre voire cinq heures de sommeil à prendre (quand je suis très fatiguée). Le messager persévéra en martela encore plus fort sur la porte mais j’étais presque sûr qu’il finirait par abandonner. Pourquoi n’arrivait-il pas à penser que je pouvais être sortie ? C’était une vraie plaie ce gars.

Au fil du temps, j’ai même eut l’impression que mon bourreau commençait à fatiguer. En enfonçant ma tête dans l’oreiller, j’arrivais même à oublier les coups qu’il donnait sur ma porte pour pouvoir me rendormir. Quand les chocs s’arrêtèrent, j’ai pensé avoir gagné et un sourire « banane » me fendit le visage en deux. Malheureusement ce fut de courte durée. Mon indésirable s’était mit en tête de défoncer ma porte. Il y arriva à deuxième tentative et s’écroula dans l’entrée. Mon sang ne fit qu’un tour. J’ai attrapé la chose la plus proche de moi (mon réveil) pour lui envoyer en pleine figure pendant qu’il se relevait.
    « Temari-san ! Je… »

Le ninja vola plusieurs mettre en arrière et s’écrasa brutalement sur le sol. Après un long bâillement, je me suis enroulée dans ma couverture pour qu’il ne puisse pas se rincer l’œil grâce à ma robe de chambre, puis, je me suis avancée vers lui. J’avais encore la tête dans le brouillard et les rayons du soleil qui me frappèrent au visage, m’éblouirent. Le temps que ma vue s’accommode, le messager n’avait toujours pas bougé. Il était à mes pieds, couché sur le dos en se tenant le nez entre les mains. C’était une scène assez sanglante et si je devais en juger par les gémissements qu’il émettait, cela devait également être très douloureux. J’ai attendu qu’il veuille bien me parler en le regardant avec indifférence. Il se redressa finalement sur son séant et leva la tête vers moi.
    « Je ne suis pas un pervers, je vous assure ! Votre frère m’a dit que je vous trouverai à coup sûr ici. J’ai pensé qu’il vous était arrivé quelque chose ! »
    « Ils commencent à me connaitre… Je me demande bien lequel des deux est le responsable… »

J’avais pensé à voix haute et c’était sortit de ma bouche comme un chuchotement qui laissa perplexe le ninja. Une chose bizarre avec lui, c’est qu’il commença par dire qu’il n’était pas un pervers alors que je ne l’avais même accusé de quoi que ce soit. J’inclinais donc à penser qu’il ait vu quelque chose qu’il ne devait pas voir. Mon regard se durcit d’autant plus…
    « Je… La Kazekage m’envoie vous chercher… Elle vous donne rendez-vous dans son bureau mais je n’ai pas plus d’informations ! »
    « Vous ne saviez pas me le crier à travers la porte ? De plus, vous l’avez défoncée pour rien, elle n’était pas fermée à clé… »

Quel abruti celui là. J’ai ensuite refermé cette fameuse porte, source de tant de litiges, pour couper tout lien visuel avec l’individu. Je me suis ensuite dirigée vers ma penderie pour enfiler ma robe de kunoïchi. Je n’étais pas sûr de faire le plus bel effet à une réunion du Kage avec une chemisette en soie rosâtre. Il me faudra un long moment pour m’éveiller complètement, si bien que quand j’ai poussé la porte du bureau, j’avais toujours la tête d’une personne qu’on venait de sortir du lit.

Il n’y avait pas encore grand monde à la réunion. Seul Shigeru était déjà là, plongé dans un livre. Sans même me regarder, il me lança un petit bonjour. Le livre devait vraiment être passionnant… Je ne lui ai pas répondu tout de suite. Je suis me suis directement dirigée vers une des chaises qu’il y avait autour de la table centrale pour m’y laisser choir. J’ai ensuite reposé ma tête sur le bureau pour poursuivre ma nuit.

    « Salut… »

_________________