Dreams Of Shinobis



 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.

Aller en bas 
AuteurMessage
Yamamoto Ayame
Kazekage - Admin Râleur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 94
Age : 28
Rang : Suna No Kuni
Date d'inscription : 26/10/2008

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Kekkai Genkai

MessageSujet: EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.   Mar 1 Sep - 0:59

Citation :
Toutes les forces disponibles sont mobilisées pour une réunion exceptionnelle dans le bureau du Kazekage.

(L'ordre pour poster n'importe pas. A vos claviers.)

_________________

Thème Musical d'Ayame - Hope Vol.2 - Apocalyptica

--ͼ Viens près de moi Invité, là, contre moi... Ͽ--
--ͼ Tu seras en sécurité...[size=16]Ͽ--[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamsofshinobis.0forum.biz
Minomura Shigeru
Anbu - Modo Pervers
avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 24
Rang : ANBU
Date d'inscription : 16/07/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang A
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Kekkai Genkai

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.   Mar 1 Sep - 18:19

Musique d'ambiance : Dolly Parton - Mountain Music

_______________________

Shigeru, tranquillement allongé dans son lit, essayait de savoir d’où venait ce mauvais pressentiment qui le taraudait depuis son réveil, une heure plus tôt. Il n’arrivait pas à mettre le doigt dessus, mais il sentait que cela était important. Il regarda sa montre : trois heures et vingt-cinq minutes, toujours aussi « lève-très-tôt » décidément ; et se leva.
Il tourna dans sa chambre avant de refaire son lit, et s’habilla. Il mit un kimono bleu azur avec des motifs argentés portant sur l’épaule gauche et dans son dos les armoiries du clan. Il attacha son katana Akanagareboshi dans son dos, en prit un autre qu’il fixa à sa hanche gauche, ainsi que l’assortiment de kunais et de couteaux qu’il dissimula un peu partout dans ses vêtements. Il se retint d’emporter sa trousse de drogue et de poisons. Il était dans le village après tout. « Et c’est pour ça que tu sors avec presque toutes tes armes », dit une voix dans sa tête à laquelle il ne prêta aucune attention.

Il quitta la propriété clanique peu après et déambula dans le village. Il aimait sortir tôt. C’était calme, et il y avait une légère brise de vent frais qui faisait beaucoup de bien. Il n’y avait vraiment personne, cela changeait de d’habitude. Les bains de foule et tout le reste. Le point négatif, c’est que les boulangeries étaient fermées. Peut-être devrait-il retourner chez lui et se cuisiner un petit quelque chose. Non, il risquait de réveiller des membres de son clan. C’était gênant. Mais devait-il se laisser mourir de faim ? Ah ! Cruel dilemme. Mieux valait penser au bien-être de la communauté. C’était ce qu’il disait toujours.
Vu que quand on dort, on oublie tous ses soucis, Shigeru décida d’aller se trouver un banc public pour aller dormir un peu.


____________________________


Des poules roses à dents et d’un caractère sanguinaire lui couraient après une nouvelle fois. Accompagné de son fidèle babouin et d’herbe à chats, il tentait de les repousser. Cela marchait, mais à peine avait-il le dos tourné qu’elle continuait de lui courir après et d’essayer de le manger.
Devant lui, il apercevait un beignet courir après une bouteille de saké. Cela lui paraissait normal. Bizarre. Le beignet sauta sur la bouteille qui se renversa, et créa un tsunami de saké. Shigeru sauta dedans. Combien de fois avait-il rêvé de nager dans ce divin nectar ? Bon ok, c’était la première fois, mais ce n’est pas une raison.


Trois jours plus tard

Assis sur un cheval vert à huit pattes, Shigeru ainsi que son armée sylvestre composée de 542 babouins avec plus de dix tonnes d’herbe à chats, contemplaient les ruines de Suna, défendue par les poules roses fluo sanguinaires.
Ils allaient les repousser cette fois-ci. Leur faire regretter de s’être révolté et d’avoir refusé leur sort naturelle, à savoir de finir dans des assiettes.
Il ordonna la charge, et tous fondirent en direction des ruines. Ils étaient largement en sous-effectif Mais ils se battirent avec bravoure. Le sang coulait, des corps tombaient, certains se relevaient et combattaient jusqu’à la toute fin.
Avec trois babouins, le Shinobi se dirigea vers la tour en ruine du Kazekage, la plus haute, et plantèrent le drapeau de Suna, mettant ainsi fin à la bataille.


_____________________________


Shigeru se réveilla. Il était maintenant sept heures pétantes et le village commençait à grouiller d’activités. Mais le rêve n’avait fait que renforcer son mauvais pressentiment. La dernière fois qu’il avait rêvé de poules roses sanguinaires, sa mission avec Temari n’avait pas si bien marché que ça.

Il quitta son banc, et se dirigea vers un bar qui venait d’ouvrir. Il y commanda du saké, ainsi que des gâteaux. Petit-déjeuner de célibataire heureux ; ou vorace, au choix.
Ceci dit, il fut rapidement interrompu par un messager qui, à en juger par son air, était pressé de délivrer son message. Il termina son verre et se tourna vers lui.



« Oui ? »

« Pardonnez-moi de vous déranger, mais Kazekage-sama mobilise toutes les forces disponibles dans le village pour une exceptionnelle réunion dans son bureau. »

« Ah… Merci… »



L’homme partit rapidement et le shinobi se tourna vers les restes de son petit-déjeuner. Même si cela lui fendait le cœur de l’abandonner ainsi, c’était quand même le Kazekage. Ceci dit, il ne se gênait pas d’habitude, c’est vrai.
Mais, prenant son courage à deux mains, et sa bouteille de saké par la même occasion, il se leva, donna de l’argent au serveur et s’en alla. Il partit dans une ruelle obscure où il sortit son masque, qu’il mit, avant de prendre la direction du centre du village où se trouvait la tour Kazekagoriale.

Il pénétra à l’intérieur. Des gardes le regardèrent mais ne vinrent pas vers lui à cause des directives reçues. Lui offrant ainsi une occasion d’assassiner un haut placé si l’envie lui prenait de le faire.
Il monta les escaliers rapidement et se retrouva devant la porte. Il frappa, mais ne percevant aucune réponse, il décida de rentrer quand même. Et tant pis pour les conséquences probables.



« Ôhayô Ay-chan, ça… Oooh, c'est vide. »


La dernière fois qu’il était venu dans ce bureau, c’était du temps du Yondaime. Que de souvenir, mais cela ne remontait pas à si longtemps si on regardait bien.
Il fit le tour du bureau et s’approcha de la bibliothèque. Repérant un livre, il le sortit, s’adossa contre un mur et commença à le lire. Il lâcha un vague « bonjour » à celui qui arriva après lui sans prendre la peine de regarder qui c’était, et replongea dans sa lecture.

_________________
Thème musical de Shigeru (Edenbridge - Cheyenne spirit]

Un jour, je devrai partir. Abandonner mon clan, mon village, mon honneur, ma conscience.

Ma fiche technique, tel le Titanic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Temari
Jounin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 44
Age : 28
Rang : Jounin
Date d'inscription : 30/10/2008

Feuille de personnage
Rang: Rang A
Affinité n°1: Futon
Spécialité n°1: Ninjutsu

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.   Mar 1 Sep - 21:11

Sur le moment, je pense que j’aurais bien tué ce messager. Le soleil venait à peine de commencer sa course dans le ciel qu’un homme tambourinait déjà à ma porte. Il criait aussi. Temari-san ! Temari-san ! J’avais envie de lui répondre de la fermer ou de dire que je n’étais pas là. Le problème c’est que ça n’aurait pas très bien marché, il aurait su que j’étais là forcément ! En entrouvrant les yeux, je me suis rendue qu’il n’était même pas encore sept heure ! J’ai encore au moins deux ou trois… ou quatre voire cinq heures de sommeil à prendre (quand je suis très fatiguée). Le messager persévéra en martela encore plus fort sur la porte mais j’étais presque sûr qu’il finirait par abandonner. Pourquoi n’arrivait-il pas à penser que je pouvais être sortie ? C’était une vraie plaie ce gars.

Au fil du temps, j’ai même eut l’impression que mon bourreau commençait à fatiguer. En enfonçant ma tête dans l’oreiller, j’arrivais même à oublier les coups qu’il donnait sur ma porte pour pouvoir me rendormir. Quand les chocs s’arrêtèrent, j’ai pensé avoir gagné et un sourire « banane » me fendit le visage en deux. Malheureusement ce fut de courte durée. Mon indésirable s’était mit en tête de défoncer ma porte. Il y arriva à deuxième tentative et s’écroula dans l’entrée. Mon sang ne fit qu’un tour. J’ai attrapé la chose la plus proche de moi (mon réveil) pour lui envoyer en pleine figure pendant qu’il se relevait.
    « Temari-san ! Je… »

Le ninja vola plusieurs mettre en arrière et s’écrasa brutalement sur le sol. Après un long bâillement, je me suis enroulée dans ma couverture pour qu’il ne puisse pas se rincer l’œil grâce à ma robe de chambre, puis, je me suis avancée vers lui. J’avais encore la tête dans le brouillard et les rayons du soleil qui me frappèrent au visage, m’éblouirent. Le temps que ma vue s’accommode, le messager n’avait toujours pas bougé. Il était à mes pieds, couché sur le dos en se tenant le nez entre les mains. C’était une scène assez sanglante et si je devais en juger par les gémissements qu’il émettait, cela devait également être très douloureux. J’ai attendu qu’il veuille bien me parler en le regardant avec indifférence. Il se redressa finalement sur son séant et leva la tête vers moi.
    « Je ne suis pas un pervers, je vous assure ! Votre frère m’a dit que je vous trouverai à coup sûr ici. J’ai pensé qu’il vous était arrivé quelque chose ! »
    « Ils commencent à me connaitre… Je me demande bien lequel des deux est le responsable… »

J’avais pensé à voix haute et c’était sortit de ma bouche comme un chuchotement qui laissa perplexe le ninja. Une chose bizarre avec lui, c’est qu’il commença par dire qu’il n’était pas un pervers alors que je ne l’avais même accusé de quoi que ce soit. J’inclinais donc à penser qu’il ait vu quelque chose qu’il ne devait pas voir. Mon regard se durcit d’autant plus…
    « Je… La Kazekage m’envoie vous chercher… Elle vous donne rendez-vous dans son bureau mais je n’ai pas plus d’informations ! »
    « Vous ne saviez pas me le crier à travers la porte ? De plus, vous l’avez défoncée pour rien, elle n’était pas fermée à clé… »

Quel abruti celui là. J’ai ensuite refermé cette fameuse porte, source de tant de litiges, pour couper tout lien visuel avec l’individu. Je me suis ensuite dirigée vers ma penderie pour enfiler ma robe de kunoïchi. Je n’étais pas sûr de faire le plus bel effet à une réunion du Kage avec une chemisette en soie rosâtre. Il me faudra un long moment pour m’éveiller complètement, si bien que quand j’ai poussé la porte du bureau, j’avais toujours la tête d’une personne qu’on venait de sortir du lit.

Il n’y avait pas encore grand monde à la réunion. Seul Shigeru était déjà là, plongé dans un livre. Sans même me regarder, il me lança un petit bonjour. Le livre devait vraiment être passionnant… Je ne lui ai pas répondu tout de suite. Je suis me suis directement dirigée vers une des chaises qu’il y avait autour de la table centrale pour m’y laisser choir. J’ai ensuite reposé ma tête sur le bureau pour poursuivre ma nuit.

    « Salut… »

_________________


Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamamoto Ayame
Kazekage - Admin Râleur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 94
Age : 28
Rang : Suna No Kuni
Date d'inscription : 26/10/2008

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Kekkai Genkai

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.   Mer 2 Sep - 20:22



Apocalyptica - Requiems Of The Gods


    Il était environ trois heures du matin. Suna dormait encore du sommeil du juste, tandis qu’une brise légère caressait les habitations et le visage d’une jeune femme encapuchonnée et portant une longue toge auburn. Son visage était légèrement contracté, comme si elle était tracassée, inquiète à l’idée d’être découverte dans les rues de ce village, son village, à cette heure tardive.

    Il ne fallut d’ailleurs pas plus de deux minutes pour que ses craintes se révèlent fondées et qu’elle soit contrainte à prendre les armes. En effet, deux shinobis masqués venaient de surgir de l’obscurité, attaquant de face la cheffe du village.


    * Imbéciles ! *

    La réaction de la jeune femme fût immédiate. Se baissant pour éviter deux shurikens qui fondaient vers elle, elle composa les mudras nécessaires à sa technique, et lança à voix basse :

    « Katon, Goukakyuu no Jutsu ! » [Technique de la Boule de Feu]

    Elle souffla ainsi une immense gerbe de flammes vers ses agresseurs, mais cette technique fût vaine. En effet, l’un des deux neutralisa l’attaque katon avec une barrière suiton tandis que l’autre apparaissait en un instant sur la gauche de la jeune femme, balançant un monumental coup de pied vers son visage. La contre-attaque ne se fit pas attendre, et la jeune femme, saisissant le pied de son adversaire lui brisa la jambe en deux endroits et, profitant de la chute, lui enfonça un kunai dans la trachée.

    * Un Chuunin… S’il était plus fort, il aurait contrecarré cette attaque. *

    Le second ninja, ne se laissant pas déstabiliser par la mort de son comparse, profita de l’ouverture qu’avait laissée la jeune Kage pour lancer à son tour une attaque Raiton vers elle.

    « Raiton, Daishinso no Jutsu » [Laser éléctrique]

    Aussitôt, un long fil de foudre fondit vers Ayame, tranchant le sol comme du beurre.

    * Ca, c’est au moins un Jounin… *

    « Fûton, Mugen Sajin Daitoppa ! »

    Prenant son inspiration, elle expulsa une première balle de vent qui explosa en neutralisant l’attaque de foudre de son adversaire. L’explosion des deux techniques provoqua une sorte de tempête silencieuse de foudre et de vent, comme dans le pire des ouragans. La déferlante aveugla un instant l’ennemis, sur qui Ayame fonça pour lui asséner un monumental coup de genou dans la pomme d’Adam. Le jounin fût ainsi projeté à plusieurs mètres de là, vomissant du sang, tandis que la jeune femme, ne lui laissant aucun répis, relança une nouvelle fois :

    « Fûton, Mugen Sajin Daitoppa ! »

    L’attaque ne manqua pas, et cette fois, la balle d’aie heurta le visage du ninja, le tuant sur le coup.

    Légèrement essoufflée, la jeune femme s’approcha du premier ninja – le second devant être atrocement défiguré – et lui retira son masque, révélant un masque d’argent, sur lequel était gravée une feuille.


    « Des Shinobis de Konoha… Bande d’enfoirés. »

    Réajustant son capuchon, la jeune femme repris ensuite sa route, laissant derrière elle les corps sans vie des deux ninjas du village de la feuille. Avançant dans la nuit, elle entendit à nouveau un bruit qui la fit s’immobiliser, prête à contrer une seconde vague d’attaque, mais rien ne vint… Au lieu de cela, une voix glaciale et trainante s’éleva d’une ruelle sombre, à l’opposé de la source du bruit qui avait fait stopper la jeune femme.

    « Vous êtes en retard, Ayame-Sama… »

    Il y avait quelque chose d’inquiétant dans cette voix. Était-ce cet air enjoué, légèrement amusé qui ne collait en rien avec le timbre de cette phonation ? Non… C’était autre chose…

    « J’ai eu un léger contretemps. Konoha me faisait surveiller visiblement… »

    « Oh… J’ose espérer que ce village déplorera demain la perte de deux shinobis supplémentaires… »

    Le ton désinvolte de ce singulier personnage ne plaisait guère à Ayame, d’autant que ce qu’il venait de dire à l’instant reflétait le fait qu’il en savait déjà bien plus qu’il ne voulait bien l’avouer… Après quelques secondes de silence, Ayame, sur ses gardes, repris la parole.

    « Je n’ai jamais dit qu’ils étaient deux… »

    A cet instant, la lune, filtrant à travers les nuages, déposa un rayon sur le visage de son interlocuteur. Ayame fût frappé de dégoût envers cet homme. Son visage, fendu d’un large sourire qui avait quelque chose de malsain, était creusés de profonds sillons, comme un champ, qu’on aurait labouré quelques heures auparavant. Son œil droit reflétait une lueur blanchâtre qu’on ne trouvait que chez les yeux aveugles depuis un bon bout de temps. Il semblait pourtant y voir parfaitement.

    « Ah, tiens… Comme quoi, le hasard fait bien les choses, n’est-ce pas ? »

    Ayame soutins le regard de l’homme durant quelques secondes, avant que le rayon de lune ne disparaisse, masquant à nouveau l’homme dans la pénombre.

    « Mais bon, venons en au fait. Les festivités vont bientôt commencer, et mon maître se demande s’il peut réellement compter sur vous pour faire ce qu’il faudra, lorsque le besoin s’en fera sentir. »

    Ayame eût alors un geste d’impatience.

    « C’est pour cela que vous m’avez fait venir ? Que vous m’avez fait risquer ma peau ? Risquer d’être découverte ? »

    « Allons, quel meilleur moyen que pour tester vos aptitudes et votre fidélité à notre maître ? Vous le savez, il est suspicieux sur tout… D’autant que vous n’êtes pas des notres… »

    A ces mots, Ayame avança doucement d’un pas, son regard se durcissant.

    « Cela ne saurait tarder. Une fois que tout ça aura commencé, vous verrez bien à quel point je serai « fidèle » à ce que vous attendez de moi. En attendant, si vous tenez à la vie, je vous saurai gré de ne plus émettre une quelconque hypothèse qui voudrait que je vous trahisse. »

    L’inconnu repris de sa voix joyeuse :

    « Eh bien, c’est tout ce que je voulais savoir. Je vous laisse terminer votre nuit. Vous aurez besoin de toutes vos forces. D’autant que si je ne m’abuse, une réunion importante vous attend demain, dans votre bureau… »

    L’inconnu disparut alors dans une légère fumée qui fit frissonner Ayame… Elle le détestait plus que tout… Une fois qu’elle aurait gagné leur confiance, elle en avait maintenant la conviction… Elle le tuerait… Lui, et le maître…

    _________________

    Ne pouvant plus dormir, la jeune femme se dirigea alors vers son bureau. Le soleil était maintenant à moitié levé, et une douce chaleur commençait à monter dans les rues de Suna. Cela allait être une de ces journées chaudes qui rendait le travail encore plus fastidieux qu’a l’ordinaire. Arrivant dans son bureau, elle remarqua que deux personnes y étaient déjà présentes. En effet, Shigeru, membre de l’ambu très puissant ainsi que Temari, Jounin attendaient patiemment que la réunion commence. Adressant un bref « salut » à ses deux subalternes, Ayame se posta devant sa fenêtre, d’un air songeur, attendant que les autres ninjas qui étaient attendus arrivent.


_________________

Thème Musical d'Ayame - Hope Vol.2 - Apocalyptica

--ͼ Viens près de moi Invité, là, contre moi... Ͽ--
--ͼ Tu seras en sécurité...[size=16]Ͽ--[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamsofshinobis.0forum.biz
Ishimaru Shenlong
Anbu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 46
Age : 28
Rang : S
Date d'inscription : 12/06/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Ninjutsu

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.   Ven 4 Sep - 23:09

Le messager n'avait pas eu de chance...Shenlong était revenu couvert de sang, il en avait plein les mains et son masque de tigre en était éclaboussé. Sa dernière mission avait tourné au vinaigre et il devait immédiatement en ternir informé le Kage. Tendu et nerveux, il n'arrivait pas à reprendre tout à fais son sang froid et restait sur le qui-vive. On lui avait demandé d'effectuer une patrouille frontalière avec certain de ses collègues et cette dernière avait pris une tournure inattendue. Une bande de pillard avait élu domicile non loin de leur la frontière et dans leur zone justement et tout en effectuant leur discrète mission de routine, il avait tenté d'en savoir plus sur ces contrebandier visiblement bien organisé et un peu trop près du désert à leur goût. Des attaques de caravanes était à craindre et en tant qu'Anbu il avait voulu prévenir cette éventualité. Malheureusement les contrebandiers étaient nombreux et bien plus puissant que ce qu'ils n'avaient prévu, l'un d'eux les avait repéré (pas lui mais l'un de ses camarades, trop confiant). Des dizaines de molosse et de fou furieux les avait pris en chasse une fois l'alerte donné et tout ninja qu'il soit, bien rare était ceux qui pouvaient obtenir la victoire dans un combat à un contre cent. D'autant que ce n'étaient pas des amateurs, la plupart d'entre eux savait se battre...Pas comme un Shinobis certes, mais leur expérience et leur maîtrise guerrière était évidente et face à eux il s'était qui plus est montré incroyablement prudent.

Aucun d'entre eux n'avaient été blessés, ou tout au plus quelques estafilades, mais à pied, leurs poursuivant montés eux, ils s'étaient vite fais rattraper et ne devaient leur fuite qu'à l'ingéniosité qui était la leur. Les Bunshin et autres illusions qu'il avait semé ainsi que l'intervention de l'un des Sunnites resté derrière et qui s'était volontairement laissé dépassé les avait désorganisé...C'était lui qui était resté derrière et bien des hommes étaient tombé ce soir sous les coups précis de ses kunai et de son sabre ninja. Pour autant son rapport ne pouvait attendre et son esprit tournait à deux cents à l'heure... La lune se reflétait par la fenêtre dans sa chambre, emplie de pénombre. Il ne désirait pas la lumière pour l'instant, le noir l'aidait à se concentrer tandis qu'il se débarbouillait et se lavait les mains. L'ennemi était trop ben organisé, quelque chose clochait et il craignait que ce mouvement de contrebande ne viennent de l'intérieur du village... Un noble véreux ? Un commerçant retord ? Qui sait...Mais cela soulevait l'hypothèse que même ici il pouvait être suivi. Et il ne tenait pas à ce qui que ce soit pénètre dans cette demeure. Aussi se dépêcherait-il de s'en allez et si suiveur il pouvait y avoir et il y avait, il l'enmènerait là où il ne pouvait le suivre, chez le Kage, par des chemins détournés et des ruelles sombres où il espérait bien qu'il aurait la bêtise de se manifester pour qu'il l'abatte proprement. Il enleva son masque pour observer les traits tirés et fatigués de son visage. Ses yeux sombres étaient l'exceptions, ils semblaient luire d'une énergie monstrueuse que les combats, avaient réveillée. Le reste de son corps semblait, par sa posture et certain de ses gestes avoir besoin de plusieurs nuits de sommeil d'affilé pour redevenir plus qu'un morceaux de chaire terne...

Mais il ne les avait pas, il le su dès le moment ou il entendit le bruit sourd d’un point qui martèle un porte. Rien ne lui permettait de deviner de qui il s’agissait ni du motif d’une telle visite et vu la tension qui l’habitait il cru d’abord que ses pires craintes s’était réalisée. Le messager, n’avait pas eu de chance, dans n’importe quel autre circonstance il aurait agi autrement, mais Shenlong voyait la une manœuvre, la ruse d’un ennemi potentiel. C’est les traces que peuvent laissée longtemps une poursuite effrénée au milieu d’un désert aride sans monture alors qu’on est dans le rôle de la proie la majeur partie du temps. Ouvrant violement la porte après s’être lentement approché, il empoigna le visiteur et par une prise aussi sûre que redoutable et classique, le fît passer au dessus de ses épaules en jouant de ses appuis et de la force de ses bras. Le corps bascula en s’appuyant sur son épaule droite et retomba lourdement sur la table, qui tin bon à son grand étonnement. Il lisait la surprise dans les yeux de l’homme dont la gorge était désormais barré d’un Kunai. Une surprise qui se refléta très vite dans ceux du Sunnite qui se rendit compte de son erreur. Il ôta toute pression sur le gorge du messager et rangea son Kunai, son visage restait soucieux, car il y avait finalement autre chose qui le tracassait, peut-être de moins grave quoi que. Dans sa paranoïa et son empressement il n’avait pas remis son masque et venait de compromettre son identité…Car il portait toujours les signes distinctifs de l’Anbu en dehors du masque et son uniforme. Il ne le tuerai pas pour á bien sûr, il fallait qu’il signale cela aux Kage. Soupirant il aida le messager à se relever, l’invita à s’asseoir et sorti du frigo une cruche d’eau et deux verre, il en rempli un à ras bord pour lui et un autre pour le messager, qui avait du mal à reprendre sa respiration. Il était apparemment surpris qu’il ait été si simple pour Shenlong de le maîtrisé. Pour lui s’était claire cette homme n’avait d’utile que sa discrétion dans ses déplacement et sa fine silhouette qui dans la nuit lui permettait de passer inaperçu. Son corps tout entier clamait cette nature d’ombre qui était la sienne, tout comme la posture qu’il adoptait en cette instant…Inconsciemment il se faisait pls petit, naturellement il tentait de passer inaperçu, anodin…un espion spécialisé…

Sans plus attendre et coupant court à ses observation il se prépara à lui demander la raison de sa présence. Son visage au trait tiré était froid, complètement fermé et hermétique et l’expression était grave…Pour qu’on vienne le tiré à cette heure-ci de son lit alors qu’il n’était rentré de mission que quelques poignée d’heure plus tôt officiellement, ce devait être un sujet préoccupant et quelques choses de grave. C’est à cet instant que son père entra dans la pièce, le bruit l’avait réveillé sans aucun doute, mais ses réflexe et sa prudence toujours intact l’avaient persuadé d’attendre que son fils n’en ait fini avant de venir jeter un coup d’œil. Il embrassa la pièce d’un regard circulaire. Détailla les quelques fissure dans la table apparue suite à l’intervention cavalière de son fils, puis posa ses yeux sombre sur sa progéniture. Ils se plissèrent tandis que sa respiration se calmait et que ses muscles se détendait. Visiblement il s’était préparé à intervenir si nécessaire. Le messager se leva et s’inclina, puis s’inclina à nouveau lorsque comme un signale sa mère, vêtue d’une superbe robe de chambre qui suggérait élégamment son corps sans en dévoiler tout à fais les formes, entra elle aussi dans la pièce et posa sur Shenlong un regard mi perplexe mi-inquiet lorsqu’elle vît le sang qui maculait l’uniforme de ce dernier et aire si grave. Ishimaru Long fît non de la tête à sa femme pour lui signifier que ce n’était pas le sang de leur fils et lui-même acquiesca à la remarque silencieuse de son père. Qui prît la parole regardant tour à tour le messager et Shenlong.

« Je vois que c’était…une fausse alerte…Essaye de ne pas réveiller ton vieux père lorsque tu t’amuse avec tes petits copains dans la cuisine, ce serait sympathique. Et évite de massacrer les messager de Suna…Sur ce je crois que nous n’avons rien à faire ici et nous allons nous recoucher…Au moindre bruit, je vous arrache la langue et je vous découpe en morceaux moi-même, je suis de très mauvaise humeur quand on me réveille deux fois de suite. Vous signifierez aussi à Ayame que son statut ne justifie pas le manque de respect dont elle fait preuve en venant réveiller de brave gens au milieu de la nuit… »

Bien malgré lui la réflexion lui tira un sourire, qui s’effaça lorsqu’il vît le regard brumeux de sa mère, qui comprenait que son seul fils repartirait déjà loin d’eux. Elle lui sourit maladroitement néanmoins et s’éclipsa lentement non sans lui couler un dernier regard qui lui intimait prudence et réflexion…il le connaissait bien celui-là. Et Shenlong tout en fermant la porte aborda enfin le sujet qui pesait dans l’aire depuis un moment.

« Maintenant parlé, vite et bien, je n’ai pas de temps à perdre et le sommeille, c’est une chance, ne m’a pas encore gagné… »

Le messager acquiesça et pris la parole, mais visiblement il n’avait pas compris que vite et bien n’était pas une expression, employé dans ce genre de situation, mais bien un ordre et une injonction.

« Désolé de vous déranger aussi tard, d’autant plus que vous venez visiblement de rentrer et que vous devez de faite avoir besoin de nombreuse heures de sommeille. »

« J’ai dis vite et bien, épargnez moi ce charabia je n’ai pas besoin d’excuse ni de compassion. »

La remarque laissa le messager pantois…

« Certes…Et bien vous êtes demandé ainsi que tout les Shinobis disponible immédiatement dans le bureau du Kazekage, une affaire de haute importance requiert votre présence, on m’a juste demandé de venir vous chercher discrètement, je comprend pour… »

D’un geste de la main gauche alors que la droite grattait son menton recouvert d’une barbe naissante, il coupa net dans son élan ce messager décidément trop bavard.

« Non vous ne comprenez pas et votre rôle s’arrête ici, avec cette phrase. Si c’est tout ce que vous avez à me dire et bien partez maintenant, je me met dès à présent en route pour le bureau du Kazkage. »

Il lisait une colère sourde dans les yeux de son interlocuteur qui se sentait plus que probablement rabaissé et humilié par le ton distant et froid qu’utilisait Shenlong, peut-être même prenait-il cela pour de la condescendance. Ce n’était pas le cas, seulement la situation était délicate et lui de mauvaise humeur. Il fallait cependant qu’il fasse lui aussi passer un message, mais directement au messager avant de partir.

« Vous n’avez pas l’air idiot et vous avez sûrement compris que si un jour vous aviez le malheur de vous retrouver devant moi, vous risqueriez plus que très probablement de ne pas y survivre. Aussi je, vous conseille de ne jamais dévoiler mon identité et surtout j’espère que vous n’avez pas été suivi. Dans le cas contraire vous auriez de gros ennuis… »

Les Sunnites sont des gens suprenant qui peuvent parfois se montrer très fier et parfois être les hommes les plus conciliant et les plus humble du monde. Aujourd’hui l’un d’eux était face à Shenlong et sa fierté venait d’en prendre un coup, qu’il ne pouvait laissé passer. Au mépris de toute prudence et de toute hiérarchie, il asséna un coup de poing à Shenlong qui ne bougea pas, surpris et pris de cour dans cette pièce exigüe. Sans qu’il ait pu riposter le messager se retourna tranquillement et pris la direction de la porte.

« Je ne suis peut-être pas un puissant Shinobis comme vous et je ne suis peut-être pas aussi malin que vous. Mais si j’ai peux de don, celui de la discrétion est au moins le plus grand et me vaut la confiance de mon Kage…Vous ne la remettriez pas en doute par hasard ? Parce que si c’est le cas, c’est vous qui aurez des ennuis. Quand à votre identité, qu’en aurais-je à faire ? Qui m’écouterait ? …Je vous souhaites le bonsoir seigneur et espère ne plus jamais avoir à recroiser votre route. »

S
ur quoi il sorti…Il l’avait bien mérité il fallait le reconnaître, mais cette attitude l’avait tout de même scié. Reprenant ses esprits il retourna dans sa chambre, prépara un paquetage qu’il passerait reprendre avant de partir et nettoya son masque avant de le remettre proprement sur son visage. Pour l’uniforme, il n’avait pas le temps. S’assurant que tout son attirail était bien en sa possession et tenait en place, il sorti de l’appartement. Sa mère se retourna dans son lit lorsqu’il ouvrit la porte, malgré l’éloignement de la chambre, il crût entendre son soupire et le bruit des draps qui se froisse. Elle ne dormirait probablement pendant les prochaine nuit ou son lit resterai vide.



Dernière édition par Ishimaru Shenlong le Lun 7 Sep - 11:55, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Ishimaru Shenlong
Anbu
avatar

Masculin
Nombre de messages : 46
Age : 28
Rang : S
Date d'inscription : 12/06/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Ninjutsu

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.   Ven 4 Sep - 23:10

Lorsqu’il déboula dans le bureau de la Kazekage, il n’était pas le premier loin de là et la nuit était avancée. Il était vêtu de son uniforme et de son masque de tigre gris, au relief effrayant et terriblement réaliste. Il l’avait sculpté lui-même le jour ou il avait su qu’il rentrerait dans l’élite de Suna, malgré son jeune âge. C’était probablement l’un des plus beau masque Anbu, une œuvre d’art pour certain, tant son bois verni était sculpté avec finesses. Certain de ses camarades disaient qu’en combat, il ressemblait à un homme tigre et que ce masque devenait pour lui un visage. Pour l’heure s’était la seul chose qui valait vraiment le détour, le reste semblait plus pitoyable qu’autre chose. Ses vêtements tachés de sang, ses chaussures pleine de sables et ses mains calleuse, qui exprimaient un maniement intensif de la lame, toute taille confondue, récent et anormal. Rien de tout ça ne reflétait le mystère et la prestance habituel des membres de l’Anbu même si le tableau le rendait peut-être quelques peu effrayant ou en tout cas incitait à la méfiance. Lorsqu’il vit Temari son sang ne fît qu’un tour, cela devait déjà faire quelques temps depuis la dernière fois et il ne l’avait plus recroiser depuis, pourtant il retournait souvent dans la taverne ou il l’avait rencontrée, c’était près de chez lui et il espérait toujours y retrouver une nouvelle fois sa charmante compagnie. Elle ne le reconnaîtrait pas bien sûre et ne devait pas, par prudence il modifia d'ailleurs consciemment sa démarche, lui donnant un aspect plus décontracté que d’ordinaire et décida que ses gestes serait plus lent et surtout moins nombreux…On était jamais trop prudent, Temari était Jounin mais avait aussi une faculté de perception étonnante.

I
l salua chacun des membres de l’assemblée, reconnu au passage un de ses collègues, ses souvenirs le ramenait vers une mission ou il lui semblait avoir fait équipe avec lui. Lorsqu’il en arriva au Kazekage il s’inclinant calmement et dans un souffle murmura, prenant soin de gommer son accent et de modifier le timbre de sa voix pour Temari :

« Tora, à votre service, veuillez excuser mon pitoyable aspect, mes les derniers jours furent des jours d’épée et de sang. Je n’ai guère eût le temps de me changer depuis mon rtour…Plus tardif que prévu, vous avez peut-être déjà été averti par mes compagnons. »

S
ur quoi il se redressa et fît un pas en arrière, il s’était instinctivement approché d’elle, avait murmuré ses propos afin que seul elle, puisse les saisir et avait au passage volé une bouffée de son parfum…L’odeur de la poussière s’y était mêlé et il crut y déceler celle du sang, mais il n’y prêta pas attention, lui-même en était recouvert et sa méfiance envers Ayame devenait jours après jours plus difficile à expliquer et à justifier, alors qu’elle prouvait sans cesses ses étonnantes qualités et sa fidélité au village…Pourtant…Elle semblait trop puissante, trop charismatique et quelques choses en lui, lui soufflerait toujours qu’elle n’était pas ici que pour le bien du village. Soit il coupa court à toute réflexion et alla prendre place dans la pièce s’appuyant sur un mûre, non loin de Temari sans vraiment s’en rendre compte et dans un soupir d’aise laissa aller son dos et son corps grogi contre un mûre. À cet instant, il senti tout le poids des cernes qui marquaient son visage et le dessous de ses yeux…

**Ma fortune et un empire contre un lit…Même une payasse !**
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Minomura Shigeru
Anbu - Modo Pervers
avatar

Masculin
Nombre de messages : 91
Age : 24
Rang : ANBU
Date d'inscription : 16/07/2009

Feuille de personnage
Rang: Rang A
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Kekkai Genkai

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.   Mer 9 Sep - 19:19

Spoiler:
 


Temari, à peine entrée, avait foncé vers le bureau pour continuer à dormir. Il eut un léger sourire en voyant ça et reporta son attention sur son livre.
La Kazekage fut la deuxième à arriver. Elle semblait soucieuse et alla d’appuyer contre la fenêtre, le visage tourné vers l’extérieur.
Le bureau se remplissait peu à peu. Des inconnus pour la plupart. Certains qu’il connaissait de vue, d’autres pour avoir parlé avec eux. Il y avait plusieurs membres des services spéciaux, y compris le dénommé « Tora », illustre agent très précieux, selon les dires. Il portait un magnifique masque de tigre, vraiment bien taillé. Cela changeait des habituels masques donnés par l’ANBU habituellement.
Voyant que la réunion tardait à commencer, il referma son bouquin, le replaça sur l’étagère et sortit. Un violent mal de tête venait subitement de le prendre. Il alla se placer contre un mur et respira un grand coup. Décidant que seul le saké pouvait le remettre d’aplomb, il sortit de la tour et se dirigea vers une échoppe.

Il reprit la direction de la tour et passa par une ruelle sombre, même en plein jour. Il marcha sur quelque chose qui ressemblait à une flaque. Il y passa son doigt et le porta à hauteur de ses yeux. Rouge, une odeur métallique, du sang à n’en pas douter. Il trouva rapidement les deux corps, ou ce qui en restait. Un bandeau de Konoha traînait à côté de l’un d’eux.
Celui qui semblait le plus puissant avait une moitié de visage arraché. Le travail n’était pas très « propre », mais très efficace, et on sentait une puissance certaine émaner des blessures de l’homme. Une embuscade ? Sans doute, mais les assaillants avaient souffert. Maintenant, que devait-il faire ? Il décida de planquer les corps. Tant pis pour Konoha. Quoi que le village soit venu faire ici en envoyant ses ninjas, ils avaient violé le traité de paix en attaquant sur le territoire de Suna un shinobi du Désert. Mais après tout, ils avaient échoué, et cela ne valait pas une guerre.
La ruelle était peu fréquentée et il utilisa un jutsu Doton dont il réduisit considérablement la puissance pour les enterrer. Et tant pis pour les mares de sang.

Il vida sa bouteille, qu’il jeta, et retourna dans le bureau. Plus de gens étaient entrés, mais la réunion n’avait pas commencé durant les sept minutes qu’il avait passé dehors.
Il s’avança devant le bureau et s’éclaircit la gorge.



« Yamamoto-sama, visiblement, si nous sommes tous réunis en cette magnifique journée, ce n’est certainement pas pour discuter de la culture des petits pois à Rai no kuni, ou encore de la composition de la tarte meringuée au citron et à la fraise arrosée de saké. Alors, si vous le voulez bien, pourquoi n’aborderions-nous pas le sujet qui, apparemment, vous préoccupe au plus haut point, à en juger par votre mine soucieuse. Serait-ce pour une déclaration de guerre ? Ou une affaire bien plus sérieuse ? »


Certains auraient pu prendre ses propos pour une insubordination directe, bien qu’il n’en eut nullement l’intention, ce qui fut le cas pour plusieurs personnes qui lui jetèrent un regard outré. Néanmoins, le brouhaha ambiant s’atténua jusqu’à disparaître, et l’attention passa progressivement de lui au Kazekage.
Avec un peu de chance, il aurait encore le temps, si l’affaire n’était relativement pas trop grave, d’aller flaner sur les murailles manger boire et dormir avec son chien et son faucon, ce dernier d’ailleurs qui s’était posé sur le dossier du fauteuil du Kazekage, où s’était endormie Temari, comme en terrain conquis. Il dominait la pièce de son regard acéré et Shigeru le compara à un général passant ses troupes en revue avant une attaque.

Le soleil pénétra plus fortement dans la pièce et la lumière s’accentua profondément. Depuis sa « déclaration » régnait un silence de mort, seulement troublé par les rampants qui devaient transporter des messages d’un service à l’autre dans le couloir.



« Que la lumière soit… »

_________________
Thème musical de Shigeru (Edenbridge - Cheyenne spirit]

Un jour, je devrai partir. Abandonner mon clan, mon village, mon honneur, ma conscience.

Ma fiche technique, tel le Titanic
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Nii Yugito
Nibi - PNJ
avatar

Masculin
Nombre de messages : 12
Rang : Voyageuse
Date d'inscription : 24/06/2009

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.   Sam 12 Sep - 13:31

Citation :
Des cris mêlés à des bruits de bâtisses qui s'effondrent, retentissent jusqu'au bureau du Kazekage. Un bref coup d'oeil à la fenêtre permet de voir que l'entrée du village est complètement détruite et qu'un immonde chakra violet est planté au milieu des ruines.

http://dreamsofshinobis.0forum.biz/l-entree-du-village-f25/event-1-chapitre-1-un-oiseau-de-mauvais-augure-partie-2-t124.htm#600
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Yamamoto Ayame
Kazekage - Admin Râleur
avatar

Masculin
Nombre de messages : 94
Age : 28
Rang : Suna No Kuni
Date d'inscription : 26/10/2008

Feuille de personnage
Rang: Rang S
Affinité n°1: Katon
Spécialité n°1: Kekkai Genkai

MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.   Mar 15 Sep - 19:48

(Ayame étant en stage qui est arrivé de façon plutôt inopinée et ne voulant pas bloquer l'event, voila en gros ce qu'elle raconte :
- Ishimaru et Minomura, go fight la bestiole à la sortie >_<
- Temari continue de faire dodo sur le bureau
- Toute l'histoire sera expliquée quand on se sera débarrassé de la gêne à deux queues.)

_________________

Thème Musical d'Ayame - Hope Vol.2 - Apocalyptica

--ͼ Viens près de moi Invité, là, contre moi... Ͽ--
--ͼ Tu seras en sécurité...[size=16]Ͽ--[/size]
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://dreamsofshinobis.0forum.biz
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.   

Revenir en haut Aller en bas
 
EVENT 1, chapitre 1 : Un oiseau de mauvais augure.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Dreams Of Shinobis :: Zone HRP :: Base de données :: Event 1-
Sauter vers: