Dreams Of Shinobis



 
AccueilPortailFAQRechercherMembresGroupesS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 Tel est pris qui croyait prendre [PV]

Aller en bas 
AuteurMessage
Temari
Jounin
avatar

Masculin
Nombre de messages : 44
Age : 28
Rang : Jounin
Date d'inscription : 30/10/2008

Feuille de personnage
Rang: Rang A
Affinité n°1: Futon
Spécialité n°1: Ninjutsu

MessageSujet: Tel est pris qui croyait prendre [PV]   Mar 11 Aoû - 14:44

Le marchand de sable m’est tombé dessus d’un coup pendant que je regardais le ciel étoilé. Une petite plaisanterie digne des habitants de Suna… Ce fut si soudain que je n’ai même pas entendu ce qu’il avait essayé de me dire après ma question idiote. J’aurais bien aimé avoir saisit ce qu’il me disait quand même. Enfin, ce n’était pas comme si c’était un détail vital de la plus grande importance pour la réussite de la mission.

Comme d’habitude, aux premiers rayons de soleil qui frappent mon visage, je ne peux pas m’empêcher de me réveiller. Lorsque j’ai ouvert les yeux, Shigeru n’était plus à mes cotés. Etait-il encore partit chercher à manger ? En me mettant sur mon séant, un bâillement incontrôlable déforma ma bouche. Je me suis étirée et je me suis levée en direction l’oasis. Je me serais bien baignée mais avec Shigeru dans les parages, je devrais me contenter de passer de l’eau sur mon visage. Au bord de l’eau, je me suis accroupie pour observer mon propre reflet. Je n’étais pas pire que d’habitude, ça irait. J’ai ensuite plongé mes dans l’eau m’éclabousser la figure et boire un petit peu.

Après cette toilette assez sommaire, j’ai commencé à m’inquiéter de l’absence de mon compagnon d’armes. Tiens, pourquoi est-ce que j’ai cette expression à l’esprit ? J’ai secoué la tête avant de chercher Haru pour lui demander si elle savait où était Shigeru. Chose que je n’ai même pas eut besoin de faire car en regardant au dessus des palmiers où elle aurait pu passer la nuit, j’ai eut la réponse la question que je posais. Je ne savais pas depuis combien de temps il était réveillé mais il était là, le regard vague et rêveur à scruter je ne sais quoi dans le désert. Je me suis approchée de l’arbre où il avait élu résidence pour le ramener à la réalité.
    « On part dans 10 minutes ! Tu regardes quoi de beau là haut ? »

Après l’avoir appelé, je me suis efforcée de ranger tout le désordre qu’on avait mit. C’était une soirée agréable. J’aurais bien aimé ne pas m’endormir si vite mais on ne se refait pas je suppose ? J’ai toujours été une marmotte, même si en général je réfère dormir sur un matelas et des draps propres. J’ai réussit à rendre plus au moins l’oasis à la nature. Le feu était enterré ainsi que toute trace de notre passage. J’ai ajusté mon pèlerine sur mes épaules et sur mon nez suite à quoi j’ai attaché mon éventail dans mon dos.

Ensuite, j’ai été réveiller Haru, qui aurait bien aimé profiter un peu plus de sa nuit. Cependant, elle s’envola sans rechigner. Il n’y avait plus qu’à attendre mon coéquipier. En attendant qu’il me rejoigne, j’ai été ramasser quelques baies et fruits du désert. On pourra les manger pendant le voyage. Lorsqu’il me fit savoir qu’il était prêt, nous nous sommes mit en route pour Kiseki. Cette fois-ci, il n’était plus question de faire une pause. C’était la dernière ligne droite et nous aurons certainement un peu de temps pour vers une pause au village lui-même. En prenant les devants pendant la marche, je m’assurais de garder un bon rythme et surtout le mon cap. Seule une tempête de sable aurait pu m’arrêter mais visiblement, la nature était de mon coté aujourd’hui.

Nous sommes arrivés à Kiseki aux alentours de 11 heure du matin. Le fait que nous ne sachions pas qui était ce fameux contact était plutôt ennuyeux mais je suppose qu’on l’avait prévenu de notre arrivée et qu’il pourrait nous reconnaitre. Dans le cas contraire, ça m’ennuierait de revenir bredouille à Suna. Surtout que c’est plutôt rare quand on me confie une mission de rang A. Soit ce sont des missions de rang C que je dois accomplir avec des nouveaux ninjas, soit ce sont des missions de rang B qui se révèle plutôt simpliste. Ca doit être pour ça que je suis excitée !

Le village était plutôt calme. Quelques habitants nous regardèrent arriver sans trop comprendre ce qu’on venait faire. Bien que j’aie ignoré la plupart d’entre eux, ceux qui auraient pus ressembler au contact attirèrent mon attention. Malheureusement, aucun de ces villageois ne semblait être la source pour laquelle nous avions voyagé. En voyant un banc public libre au milieu de ce qui devait être la grand place du village, je me suis dirigé vers lui pour m’y laisser aller. Je me suis accoudée au dossier tout en étendant mes jambes devant moi. Cela faisait quelques heures que nous marchions. Je ne pense pas que Shigeru m’en aurait voulu de suspendre momentanément les recherches pour faire une pause.
    « Si tu veux sortir ton saké, transvase le dans une gourde avant et pendant que personne ne nous regarde. Qu’on fasse l’illusion d’être de bons ninjas quand même… »

Riant à ma propre blague, j’ai ensuite fermé les yeux et levé mon visage vers le ciel. Les rayons commençaient déjà être brulants. J’hésitais à lui demander s’il voulait aller manger un bout à l’auberge du coin. Il n’aurait pas dit non, j’en étais sûre. C’était plutôt moi que je devais arriver à convaincre. C’est décidé, si dans 10 minutes nous n’avons pas de nouvelles du contact, on va manger !
    « C’est la première fois que je viens ici. Si on a le temps, on pourra peut-être visiter les alent… »
    « Salutations… Vous devez être les ninjas envoyés par Suna ? Je suis Munataka Chuichi, votre guide... »

Surprise, j’ai tourné la tête d’un coup vers la personne qui venait de m’interrompre. Il portait une tunique beige à courtes manches décorés de motifs bruns, par-dessus un pantalon bouffant de la même couleur. Il était chaussé de sandales noires assez communes dans le désert. Mes yeux le passèrent aux cribles et s’attardèrent un peu plus sur son visage. Des cheveux blonds coupés très courts contrastaient avec son teint halé. Un large front précédait ses petits yeux foncés en amandes. Ses joues creuses auraient fait penser qu’il s’agissait d’un vagabond miséreux mais c’était en total désaccord avec son sourire avenant et son vocabulaire courtois.

_________________